publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Stop aux excisions et autres mutilations ! : Le rapport de l'Unicef

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (06. août 2013)

Voici les points importants à retenir du rapport de l’Unicef sur les mutilations génitales féminines :

> 125 millions de filles et femmes mutilées
Dans le monde, 125 millions de jeunes filles et de femmes en vie ont subi une forme de mutilations génitales féminines ou une excision. Au cours de la prochaine décennie, 30 millions risqueraient encore une excision. La majorité des filles qui subissent ces mutilations génitales féminines ont moins de 5 ans.

> Des pratiques qui varient d'un pays à l'autre
Dans certains pays, la prévalence est quasiment universelle et presque toutes les femmes sont excisées : c’est le cas de la Somalie, de Djibouti, de l’Egypte et de la Guinée. Au contraire, au Cameroun et en Ouganda, seulement 1% des filles et des femmes sont excisées.

> Des pratiques en recul
Globalement, les mutilations génitales féminines et l’excision sont de moins en moins courantes dans plus de la moitié des 29 pays où l’Unicef a enquêté. Ainsi, au Bénin,en Ethiopie, en Iraq et au Nigéria, ces pratiques ont sensiblement diminué ces dernières années.

> La majorité des filles et des femmes contre ces pratiques
Dans les pays où les mutilations génitales féminines sont pratiquées, la plupart des jeunes filles et des femmes souhaitent y mettre un terme. Beaucoup d'hommes manifestent également leur souhait de mettre fin à ces pratiques. En Guinée ou au Tchad, les hommes sont plus nombreux que les femmes à vouloir l’arrêt des mutilations génitales féminines et de l’excision.

> Les recommandations pour lutter contre les mutilations génitales féminines
L’Unicef fait plusieurs propositions pour lutter contre les mutilations génitales féminines, voici les principales :
- trouver des moyens de renforcer la visibilité des attitudes favorables à l’abandon de ces pratiques.
- accroître l’engagement des garçons et des hommes en faveur de l’arrêt des mutilations génitales féminines et de l’excision, et autonomiser les filles.
- renforcer les contacts avec les groupes qui ne pratiquent pas ces pratiques.
- promouvoir l’abandon de ces pratiques tout en améliorant le statut et les perspectives des filles, au lieu de défendre des formes plus modérées de mutilations génitales féminines, etc.

Pour lire le rapport de l'Unicef en entier : Mutilations génitales féminines / excisions.


publicité