publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Médicaments pour panne d'érection : il y a du nouveau !: Les contre-indications

Publié par: Dr. Nicolas Evrard (25. mai 2015)

Il y a globalement peu de contre-indications à ces médicaments facilitateurs de l'érection, sauf si vous prenez des dérivés nitrés. Mais si vous suivez un traitement particulier ou que vous avez un état de santé fragile, la prudence exige de demander l'avis d'un médecin.

Parmi les effets secondaires, à noter que ces médicaments facilitateurs de l'érection peuvent provoquer des bouffées vasomotrices (avec par exemple un nez qui se bouche), avec aussi pour conséquences des saignements de nez, une rougeur des oreilles...

Attention à certains médicaments

La contre-indication absolue est l'association : IPDE 5 + médicaments nitrés (des donneurs de NO, monoxyde d’azote), comme de la trinitrine. L’association de ces deux médicaments peut provoquer un collapsus et s’avérer fatale.

Les médicaments nitrés sont très souvent utilisés pour traiter les angines de poitrine et les affections cardiaques type infarctus du myocarde. Si vous êtes dans ce cas, et que vous envisagez de prendre du Viagra®, du Cialis® ou du Lévitra®, vérifiez préalablement avec votre cardiologue que le traitement que vous suivez ne contient donc pas de dérivés nitrés. Les cardiologues sont habitués à répondre cette demande de plus en plus fréquente et ils disposent de traitements de substitution compatibles avec les IPDE5.

Il faut savoir que cette contre-indication formelle concerne aussi les poppers. Ces petites bouteilles de liquide vaso-dilatateur que l’on trouvait en sex-shops contiennent aussi des dérivés nitrés. Or, bien qu’interdits à la vente en France, on les trouve toujours sur internet. Potentiellement dangereuse en soi, leur utilisation avec les IDPE5 présente un risque démultiplié d’effondrement de la pression sanguine.

Précautions selon les antécédents

Les patients avec des antécédents cardiovasculaires récents ( AVC, infarctus, angor instable...) et/ou à qui l’effort physique modéré est déconseillé doivent demander l’avis de leur cardiologue avant de reprendre une activité sexuelle, indépendamment de la prise de ce type de médicaments. Faire l’amour est en effet considéré comme un effort correspondant à la montée de 2 étages. Si vous êtes concerné, posez clairement la question à votre médecin.

Et pour toutes les pathologies importantes (insuffisance rénale, atteinte hépatique, cancer, atteinte de la rétine...), il convient de demander l’avis de votre médecin spécialisé avant de prendre un facilitateur de l’érection. Afin de déterminer si oui ou non, il est compatible avec votre traitement en cours et votre état de santé.


publicité