publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Je suis ménopausée et j’ai mal pendant les rapports sexuels, que puis-je faire ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (26. mars 2014)

Quand la ménopause s’installe, un vagin moins tonique et une muqueuse qui s’assèche sont assez fréquents. Il y a aussi parfois un relâchement gênant des parois. Le désir et le plaisir sexuels peuvent être fortement altérés. Voici les réponses du Dr David Elia, gynécologue.

Sécheresse vaginale, rapports sexuels plus difficiles, atrophie vaginale, perte où baisse du désir, du plaisir sexuel… les femmes ménopausées peuvent souffrir de véritables problèmes au niveau du vagin.

Un faible pourcentage de femmes en parle, mais en réalité, beaucoup sont concernées. Et ce d’autant plus que le traitement hormonal de la ménopause (THM) est aujourd’hui peu prescrit (alors que ce traitement a l’avantage d’éviter – entre autres – ces types de problèmes).

Heureusement, les moyens thérapeutiques alternatifs aujourd’hui proposés sont assez nombreux.
 

D'autres solutions...

Contre la sécheresse vaginale, la femme peut utiliser un lubrifiant (avant un rapport sexuel). Le médecin peut aussi prescrire des ovules à base d’hormones. Mais en réalité, peu de femmes adoptent cette solution car elles ne la trouvent pas pratique.

Trois traitements sont alors possibles pour retrouver alors la "jeunesse" de son vagin :

1/ La rééducation du périnée

La rééducation du périnée peut être utile pour muscler cette région, et permet de lutter contre l’incontinence urinaire: cela se fait chez le kiné ou la sage- femme (remboursé la Sécutité sociale).

2/ Les injections d’acide hyaluronique

Depuis quelques années, ce traitement est proposé : il consiste à injecter de l’acide hyaluronique dans la paroi du vagin. L’acide hyaluronique est une substance normalement présente dans les tissus de l’organisme.

> Le médecin peut en injecter dans la paroi postérieure du vagin et vers le bas, permettant ainsi de resserrer la partie basse du vagin (anneau vaginal).

> Il peut aussi en injecter dans la partie antérieure vers ce qu’on appelle communément le point G. Cela permet de « regonfler » cette zone connue pour jouer un rôle important dans l’orgasme vaginal.

L’acide hyaluronique a aussi pour effet de réhydrater la paroi vaginale et de lui redonner de la souplesse. Les femmes souffrant d’un “vagin trop large” peuvent aussi le rétrécir ainsi sans avoir recours à la chirurgie. Le coût des ces soins est variable selon le nombre de séances non remboursées par la Sécuité sociale (400 à 1200€). Les infiltrations doivent être renouvelées environ tous les 8 à 12 mois.

3/ Le laser au CO2

Autre nouvelle technique possible : l’utilisation du laser CO2 sur toute la paroi vaginale.

Le but est de régénérer localement les tissus élastiques, collagènes et conjonctifs et de multiplier les petits vaisseaux qui vont alors régénérer l’hydratation de la muqueuse.

Au final, on observe le plus souvent une baisse de la sécheresse vaginale et la tonification du vagin.

Une à trois séances sont généralement nécessaires. Chaque séance coûte environ 300 à 400 euros, non remboursée par l’Assurance maladie. Une fois l’effet obtenu, 1 séance annuelle est en général nécessaire. Les risques de ces traitements sont en général exceptionnels.

Pour en savoir plus cliqueé ici pour obtenir gratuitement le dernier ouvrage du Dr David Elia : L'Anti Age du Vagin (comment faire durer le plaisir), Editions EDD.


A lire aussi :
> La ménopause
>
Comment ne pas grossir à la ménopause ?
> La ménopause précoce


publicité