publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La reconstruction de l’hymen : un sujet tabou : L'impact psychologique de la revirginisation

Publié par : Elide Achille (18. août 2011)

Suite de l'interview de Nédra Ben Smaïl

Que pensez-vous de l'impact psychologique de la revirginisation ? La peur, la culpabilité, le mensonge empêchent-ils une confiance réciproque ?
Il me semble que la question se pose différemment pour les deux sexes : il est certain qu' "à cause" à la revirginisation, l'homme perd un appui à sa vérité ; jusque-là, l' hymen et le sang visible de la défloration, étaient la preuve de la virginité de la femme, mais aussi de la virilité de l'homme au regard de la société qui sur-investit ce rite de passage que constitue la sourya (la chemise tachée de sang de la nuit de noce). Il faut donc qu'il trouve d'autres modalités de rapport à son masculin et à son sexe.
Pour la femme, il est indéniable que le recours à la médecine constitue un appui, une "sécurité" qui allègent la pression sociale, l' angoisse, et libère en partie la femme du poids de la faute commise. Mais en même temps, la revirginisation contribue à maintenir intact le tabou, et la culpabilité liée à sa transgression, puisqu'il n'est pas remis en question.

Y a-t-il un tourisme de l'acte chirurgical (turques d'Allemagne, magrebines de France) ?
En Tunisie, le tourisme médical est florissant car la médecine y est moins chère. Mais en ce qui concerne la revirginisation, le coût est équivalent si l'on considère le prix du billet d'avion ; donc les maghrébines habitant en France préfèrent rester sur place.

C'est une régression pour les femmes de ne pouvoir disposer de leur corps, de devoir rassurer l'homme sur sa superiorité ? Comme le voile, cela fait-il débat ?
Il est clair qu'aujourd'hui dans une Tunisie qui se (re)construit politiquement, socialement et juridiquement, le corps de la femme constitue un enjeu majeur. Les élus qui écrivent la nouvelle Constitution tunisienne devront débattre de la question. Mais la bataille se fait aussi sous la pression de la rue, et les femmes ne sont pas prêtes de perdre leurs acquis. Elles ne sont pas seules dans cette bataille, les hommes et les jeunes les soutiennent, car ce dont il s'agit plus généralement, c'est quelle société voulons-nous ? Et sur ce sujet, les dernières élections ont montré combien la Tunisie est divisée...

Nédra Ben Smaïl, auteur de l’essai "La nouvelle virginité des tunisiennes"

« La nouvelle virginité des tunisiennes », essai de Nédra Ben Smaïl aux éditions Cérès (Tunis).


publicité