publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Bar à sourire : il y a vraiment un danger ? : Interview du directeur adjoint de « Point Sourire »

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (19. janvier 2012)

Interview de Vincent T., directeur adjoint " Point Sourire ", enseigne de " bars à sourire " présents dans plusieurs villes en France.

Pourquoi vous-êtes vous lancé dans les " bars à sourire " ? Est-ce un secteur prometteur ?

Vincent T. : Nous nous sommes lancés dans les « bars à sourire » car nous remarquons bien que la demande de l’esthétisme augmente depuis quelques années, y compris le blanchiment dentaire. Nous avons voulu rendre cette pratique accessible à une clientèle qui ne pouvait pas s’offrir un traitement chez le dentiste car trop cher pour certains, ou trop contraignant pour d’autres.

On entend beaucoup de critiques sur les " bars à sourire ". Pourquoi ? Qu'est-ce qui dérange ?

V. T. : Ce qui dérange, c’est la concurrence ! Les cabinets dentaires se soucient énormément de nous, de nos produits, etc. Ils mettent en avant la santé et les risques, mais leurs produits sont beaucoup plus dangereux que les nôtres. D’ailleurs, suite à l’adoption de la nouvelle directive européenne, l’Afssaps* a confirmé que les dentistes ne pourront plus utiliser des produits aussi concentrés qu’ils utilisent depuis 120 ans, car ils sont considérés comme trop dangereux.
Ce qui les dérange le plus c’est nous, pas nos produits ! Leurs prix sont plus élevés ! Et ça nous n’y pouvons rien. Le marché de l’esthétisme représente 15 millions d’euros, en France. Depuis 25 ans, des produits (plus forts que ceux que nous utilisons) sont vendus dans les pharmacies et ont le même objectif que les nôtres. Mais pour ces produits, les dentistes n’ont jamais rien dit ! Donc, c’est que le problème est ailleurs.

La guerre est donc déclarée entre les professionnels de la santé dentaire et vous...

V. T. : Nous avons toujours voulu rencontré l'Ordre National des Chirurgiens Dentistes (ONCD), l’Afssaps ou le Ministère de la Santé pour leur montrer en quoi consistait notre activité et pour établir ensemble un code déontologique autour de ce secteur émergent qui a besoin d’être encadré. Nous n’avons jamais obtenu de réponse. Pire encore : l'ONCD n’a eu cesse d’essayer de discriminer les “Bars à sourire” en oubliant que le “droit d’entreprendre” est un droit européen et que leurs déclarations dénigrantes fortement relayées par une position dominante sur ce marché, est totalement illégale. Nous souhaitons donc rétablir la vérité en condamnant leur campagne mensongère et diffamatoire.

Que propose " Point sourire " ?

V. T. : « Point sourire » se positionne en tant que spécialiste du blanchiment dentaire esthétique. Notre but est de rendre ses services accessibles à tous et pour tous leurs besoins. Ainsi nous proposons une formule flash de courte durée (10 à 15 jours) pour 29 euros, et une formule pour une durée plus longue (3 mois) à 139 euros, il existe des formules intermédiaires. Nous sommes ouverts depuis 1 an et envisageons de diversifier prochainement notre gamme de prestations ( maquillage, manucure, etc ...).

*Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé.

>> Si vous voulez réagir, apporter votre témoignage... découvrez nos FORUMS


publicité