publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les crèmes anti-âge : ce qui marche vraiment ! : Et les huiles essentielles ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (11. octobre 2013)

Les huiles essentielles correspondent à de l’ultra-concentré de plante, la partie liposoluble de la plante, donc avec une grande affinité avec la peau. Ce produit naturel passe la barrière cutanée avec une facilité déconcertante (quelques minutes) à faire pâlir d’envie les biochimistes les plus chevronnés... Plusieurs études sont disponibles sur leurs vertus thérapeutiques, en tant qu’anti-bactériens, anti-viraux, anti-fongiques, anti-inflammatoires, anti-vieillissement (au niveau cellulaire, par exemple au CNRS), mais ils n’existent pas à ce jour d’étude sur leurs propriétés anti-âge. Ici, seule l’expérience prévaut. Et on peut noter pour certaines d’entre elles, un usage de plus en plus éclairé en dermatologie et en chirurgie esthétique, notamment en postopératoire.

Une huile essentielle, c'est de la chimie pure : cétone, ester, aldéhyde, linalol... Mais comprenant bien souvent plus d’une cinquantaine de molécules différentes qui agissent dans une synergie compliquée. Les cosmétologues leur reprochent de contenir des composants allergènes, ce qui est vrai, mais le sont-ils plus que beaucoup de produit de synthèse ? Sur le terrain, l’expérience de nombreuses utilisatrices et de formulatrices montre peu de réaction négative.

En revanche, attention : les huiles essentielles sont des substances très actives, comportant de nombreuses contre-indications, elles peuvent être dermo-caustiques, hépato-toxiques, néphro-toxiques, neuro-toxiques. Il importe de ne pas les utiliser sans de très bonnes connaissances préalables et de n’utiliser que des huiles essentielles de très bonne qualité.

Le conseil de Françoise Rapp (*) : « En anti-âge, les huiles essentielles de carotte, de ciste, de rose, de bois de rose et de santal sont incontournables, efficaces et douces d’emploi. Elles agissent sur la régénération et la tonification du tissu cutané. Il faut en mettre très peu : environ 10 à 15 gouttes dans 50 ml d’une crème (bio-hydratante), ou dans 50 ml d’huile végétale de rose musquée. Cette dernière est déjà en soi un traitement lissant et antiride, avec des précurseurs de vitamine A acide, et de la vitamine E ».

(*)Aromathérapeute spécialisée en préparation aroma-cosmétique.


publicité