publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les crèmes anti-âge : ce qui marche vraiment ! : Un anti-âge, c'est quoi ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (11. octobre 2013)

Anti-âge et antirides... signifient quoi exactement ? Selon la législation, il s’agit d’un soin de la peau dont on a mesuré par un test clinique sous contrôle médical, les propriétés antirides. C’est-à-dire la capacité à réduire soit le nombre de rides, soit la profondeur ou la largeur ou la longueur des rides après une durée d’application durée d’environ un mois et sur un minimum de 10 à 20 personnes. Ces mesures sont effectuées selon un protocole bien établi par les sociétés de test, indépendantes de la marque cosmétique avec différents systèmes comme l’empreinte, la caméra 3 D, etc.

Bien souvent une crème antirides combine 2 actions qui visent :
1) Une action symptomatique immédiate (mais temporaire).
Ici sont utilisés des actifs capables de combler les rides en surface et/ou des agents liftant qui par tension en surface, « lisse » la ride.
Bref, il s’agit soit d’un « lifting » vertical (comblement) soit lifting horizontal (tension).

2) Une action biologique plus durable (mais pas forcément immédiate).
La sélection des principes actifs est plus compliquée puisqu’on cherche à agir sur les causes biologiques du vieillissement de la peau, qui sont nombreuses et intriquées ! À savoir, en fonction des théories anti-âge les plus en vue : prévenir et corriger l’ oxydation des cellules, la mutation des cellules à chaque réplication, la rigidification des protéines (glycation), l’inflammation et les déviances du système immunitaire...
L’objectif est donc d’anticiper et de réparer les modifications de la structure de la peau, notamment au niveau de la matrice extra-cellulaire et en particulier de collagène du derme. Et de mettre en échec la formation des rides et in fine de stimuler la néosynthèse du collagène et de l’élastine afin de réduire les rides déjà formées.

Conseil Santé AZ : la peau n’est pas un organe coupé en tranches étanches (épiderme, derme, hypoderme...). Agir sur le « dessus » génère des signaux vers le « dessous ». Et vice et versa. Il existe un dialogue entre les cellules des différentes couches.


publicité