publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Eclaircir sa peau : attention danger ! : Les risques d'éclaicir sa peau

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. août 2012)

Suite de l'interview de Thu Koskas en charge de la cosmétovigilance à l'Afssaps*, qui a supervisé le rapport d'expertise de l'évaluation des risques liés à la dépigmentation volontaire. Elle détaille les risques des produits utilisés pour éclaircir la peau...

Quels sont les risques d'éclaircir sa peau avec ces produits ?
Thu Koskas : C’est justement l’objectif de la campagne de l’Afssaps : faire le point sur les produits utilisés et informer des risques encourus. Il y a d’une part les pathologies de la peau (complications les plus fréquentes), auxquelles peu échapperont, comme des infections de la peau (gale, mycose...), des acnés sévères, des vergetures larges très inesthétiques et irréversibles, un amincissement de la peau induisant à la fois des problèmes de cicatrisation et un vieillissement prématuré, des troubles de la pigmentation parfois définitifs (taches claires ou foncées). Ce n’est pas rien !

Existe-t-il d'autres risques ?
T. K. : Oui, il existe des risques systémiques plus méconnus qui peuvent être très dommageables pour la santé. La pratique de la dépigmentation volontaire au long cours peut en effet favoriser l’ hypertension artérielle, le diabète, entraîner des complications rénales ou neurologiques... Quelques cas de cancers de la peau ont également été décrits. Il faut savoir que l’application cutanée de corticoïdes au long cours, présente les mêmes effets secondaires qu’une corticothérapie générale.

Ces femmes qui se dépigmentent la peau ont-elles conscience des risques qu'elles prennent ?
T. K. : Elles ont conscience pour la plupart qu’elles ne se font pas du bien ! Mais il y a une composante psychologique forte : un mélange de pression sociale et de coutume va rendre très vite cette habitude quasiment addictive. Une fois qu’elles ont commencé, elles ont beaucoup de mal à arrêter d’autant qu’elles ont peur de l’effet rebond avec la repigmentation de la peau, voire de l’hyperpigmentation de la peau.

Quels sont les risques en cas de grossesse ?
T. K. : Il existe des risques toxiques majeurs pour l’enfant in utero et aussi pour le nouveau-né allaité. On constate des retards de croissance du foetus, mais parfois d’autres conséquences gravissimes. J’ai l’exemple d’un bébé de 3 mois présentant une cataracte bilatérale, une insuffisance rénale et une anémie dont la mère utilisait un savon à base de dérivés mercuriels depuis 15 ans pour éclaircir sa peau, sans interruption pendant la grossesse et l’ allaitement.

* Pour plus d'informations sur la dépigmentation volontaire de la peau, consultez le site internet de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé : www.afssaps.fr/infos de sécurité/Communiqués - Points presse.


publicité