publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Banc d’essai : 8 laits hydratants pour le corps : Les conseils de la dermato

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (18. août 2011)

Le Dr Nina Roos est dermatologue et membre de la Société Française de Dermatologie.

Hydrater sa peau doit-il être un réflexe quotidien ?
Oui, dans nos régions, la peau a besoin d’être hydratée car la barrière cutanée est agressée par le froid, le calcaire de l’eau, les agents tensio-actifs des savons... Tout le monde devrait observer sa peau et prendre l’habitude de l’hydrater au moins 2 à 3 fois par semaine, voire tous les jours si elle est sèche, si elle démange, si elle tiraille, si les poils ont tendance à repousser dessous... Une bonne hydratation permet de diminuer ces sensations d’inconfort, mais surtout de restaurer la fonction barrière de la peau qui nous protège contre les agressions microbiennes et la pénétration des allergènes.

Quand on a la peau sèche, quels actifs privilégier, quels ingrédients rechercher ?
Il faut au minimum se tourner vers des formules « peaux sèches ». Une simple crème hydratante conviendra à des peaux jeunes, toniques et sans antécédent allergique, mais ne sera pas suffisante pour répondre aux besoins d’une peau sèche. Préférez même des formules « émollientes » plutôt que simplement « hydratantes ». Elles sont enrichies en lipides, constitutifs de la barrière cutanée, comme les céramides, des acides gras qui permettent de maintenir la cohésion des cellules de la peau, comme du ciment entre des briques.
Il est aussi préférable d’utiliser pour la toilette des laits, des savons surgras ou ce qu’on appelle des « syndets », c’est-à-dire des « Synthetic Detergent ». Ils ne contiennent pas de savon, et donc pas de tensio-actifs qui peuvent dissoudre les bons lipides, garantis d’une barrière cutanée efficace.

Les femmes enceintes doivent-elles privilégier des produits spécifiquement formulés pour elles, ou ces laits " classiques " sont-ils sans danger ?
Il est préférable d’éviter les produits à base d’huiles essentielles, ou les huiles de fruits à coque, comme l’huile d’amande douce par exemple. Elles peuvent sensibiliser le fœtus in utero et augmenter le risque d’allergie aux fruits à coque plus tard. Mieux vaut donc privilégier les crèmes achetées en pharmacie, émollientes et sans parfum, et les appliquer généreusement tous les jours sur le ventre, les seins et les cuisses en prévention des vergetures.

Dr Nina Roos, dermatologue et membre de la Société Française de Dermatologie

Dr Nina Roos, dermatologue et membre de la Société Française de Dermatologie


A lire aussi nos dossiers :
> Vergetures : toutes les solutions.
>
A chaque âge son anti-rides.
>
Peau sensible : quelles solutions maquillage ?
> Banc d'essai : 8 crèmes Bio pour le visage.


publicité