publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Protéger sa peau et ses yeux du soleil : les conseils dermato pour protéger la peau

Publié par : Elide Achille (02. juin 2016)

Quels sont les rayonnements à risque pour la peau ?

On définit trois types d’UV qui ne composent que 2 à 5% de la totalité du spectre solaire, mais qui ont le plus d’effet sur la peau et sur les yeux : les UVA, les UVB et les UVC.

Les UVA sont les rayonnements qui pénètrent le plus profondément dans la peau, au niveau du derme et provoquent des lésions de l’ADN (le matériel génétique contenu notamment dans le noyau des cellules), essentiellement via les radicaux libres.
Pourtant, on ne connaît bien leur nocivité que depuis une dizaine d’années. Ils sont responsables des phénomènes de photo-vieillissement (notamment des rides), mais aussi des cancers cutanés. Ils sont doublement dangereux car ils passent à travers les vitres, et il est impossible de se rendre compte de leur action.

Les UVB sont les rayonnements responsables des coups de soleil, c’est même ainsi que l’on s’est rendu compte de leur nocivité. Ils pénètrent moins profondément et touchent la partie superficielle de la peau (l’épiderme), mais sont quand même responsables de dommages directs sur l’ADN des cellules. Ils participent également aux phénomènes de photo-vieillissement et de cancers cutanés. Les UVB sont bloqués par les vitres.

Les UVC sont les plus nocifs, mais ils sont fort heureusement bloqués par la couche d’ozone. Dans les zones où cette couche est plus fine, il a été observé une augmentation des cancers de la peau.

A voir : notre vidéo sur les degrés de brûlure de la peau

Le degré d'une brûlure correspond à la profondeur de la brûlure cutanée. En fonction de l'épaisseur de la peau touchée, le degré de la brûlure change. Plus la brûlure est profonde, plus le degré de brûlure est élevé…

Quels sont ces risques ?

Les effets aigus des rayonnements sont les coups de soleil. Ces derniers peuvent être d’intensités différentes, allant d’un simple aspect rosé de la peau à de larges placards bulleux. Les effets chroniques de l’exposition aux UV sont les cancers cutanés, dont les mélanomes, malheureusement bien connus. Le risque de mélanome est augmenté par les coups de soleil intenses et intermittents, notamment chez les enfants et les adolescents.

Y a-t-il d'autres effets néfastes ?

Il y a d’autres cancers de la peau qui sont plus ou moins graves et qui sont plus le résultat d’expositions chroniques. Il y a encore les signes de photo-vieillissement, comme les rides ou ces petites taches brunes, qu’on appelle communément les « taches de vieillesse », mais qui sont des taches de photo-vieillissement. Enfin, il y a d’autres signes comme les comédons (petits points noirs sur la peau), des fragilités de la peau, des petits vaisseaux qui deviennent visibles, etc.

Dans l'ensemble, estimez-vous que les messages de prévention contre le soleil soient bien compris par le grand public ?

Non. Les gens ont bien assimilé l’importance de l’application des crèmes, mais ils le font uniquement lorsqu’ils passent une journée à la plage ou ne le font pas correctement, ils ne choisissent pas le bon indice de protection, ils se mettent au soleil aux heures les plus dangereuses d’exposition aux UVB (entre 11 heures et 15 heures), ils ne se protègent pas les yeux, etc.

Quels sont les comportements qu'il faudrait intégrer ?

Notamment en ce qui concerne les enfants, dont l’exposition au soleil avant l’âge de 15 ans peut donner lieu plus tard, à l’apparition de mélanomes. L’immaturité de leur peau, même pour ceux qui ont une pigmentation plus marquée, fait qu’ils ne réparent pas correctement les dommages causés par les UV sur leur ADN. Les dommages subis par les UV peuvent donc passer totalement inaperçus.

Enfin, il est important de rappeler que les UVA sont constants toute la journée et à toute période de l’année, été comme hiver. Il convient donc de s’en protéger : la peau mais aussi les yeux durant toute l’année.

Comment choisir donc sa protection solaire ?

L’indice SPF notifié sur les crèmes solaires, est basé sur la rougeur induite (l’érythème) par les UVB. Par exemple, pour un indice 50, il faut une dose 50 fois plus forte d’UV pour avoir un coup de soleil. Cet indice est cependant calculé avec d’importantes doses de crèmes. En réalité, les études montrent que les personnes mettent 2 à 4 fois mois de crème que ce qui est utilisé pour le calcul de l’indice de protection. Il faut donc rappeler qu’il faut :

  • 1) appliquer d’importantes quantité de crèmes et
  • 2) renouveler fréquemment les applications si vous souhaitez être efficacement protégé.

Est-ce qu'il y a des différences entre la peau du visage et la peau du contour de l'oeil ?

Oui, la peau autour de l’œil est une peau beaucoup plus fine. Lorsqu’ apparaît un cancer de la peau et que la partie atteinte est enlevée, les médecins sont obligés d’enlever aussi de la peau autour afin de définir des marges de sécurité. Or, dans cette zone, il est toujours plus difficile et délicat d’effectuer cette opération. Autour de l’œil, la peau est plus fragile et plus réactive.

C’est pour cela qu’il faut bien protéger cette région par l’application de lotion ou crème solaire, en plus du port de lunettes de soleil. N’oubliez pas que le soleil vient de face, mais également par les côtés et peut être réfléchi par les verres de vos lunettes.

Bon à savoir : 21 conseils pour avoir une belle peau

A lire aussi :
> Soleil et peau 
> Bien préparer sa peau au soleil
> Prendre soin de sa peau après le soleil
> Tout savoir sur les maladies de la peau

Vous avez envie d'échanger, de partager votre expérience ou de poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Bronzage et Soleil  ou Soins de la peau !


publicité