publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Pratiquer un sport après 50 ans : les conseils du médecin

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (26. avril 2016)

Entretien avec le docteur Roland Krzentowski, médecin du sport et président de ClinicProsport. Il donne quelques conseils pratiques...

Quel conseil donneriez-vous à ceux qui ont envie de démarrer un sport après 50 ans ?

Docteur Roland Krzentowski : Choisir celui qui fait le plus plaisir ! Faites ce que vous avez envie de faire.
D’abord, à 50 ans et plus, on est souvent en forme et toutes les possibilités sont ouvertes. On n’a plus 50 ou 60 ans maintenant, comme nos grands-parents. En revanche, c’est l’âge où il faut commencer à penser à bien se maintenir en forme.
On peut aussi commencer à avoir des problèmes de santé, comme un diabète, une ostéoporose, un cancer... Et il faut savoir que l’activité physique peut prévenir ces maladies, en ralentir l’apparition et permettre de mieux vivre avec, tout en atténuant les effets de cette pathologie.
Pour que l’activité sportive soit efficace, il faut qu’elle soit régulière. Si vous vous lancez dans un sport qui vous ennuie et que vous pratiquez une fois tous les six mois, ça ne sert à rien. Le premier conseil, pour le choix d’une activité, c’est donc le plaisir qu’elle procure, c’est fondamental.

Le sport, c'est bon pour le corps et c'est bon pour la tête ?

Dr R. K. : Bien sûr ! C’est bon pour le corps et les scientifiques le démontrent de plus en plus précisément. Et c’est bon pour la tête, comme vous dites. D’abord, quand on se sent mieux dans son corps, dans sa peau, que l’on se sent plus fort, plus souple, le moral est meilleur.
Mais, en plus, la pratique d’une activité sportive est un bon moyen de créer ou de retrouver un lien social, un lien amical. Surtout à un âge où on peut se retrouver à la retraite et où l’on risque de se sentir isolé. Une bonne balade en forêt avec les copains, c’est bon pour la tête. Par l’intermédiaire de la pratique sportive, se faire de nouveaux réseaux, de nouvelles relations. Tout cela est une stimulation précieuse. Et je vous assure que si le sport permet de lutter contre les effets du vieillissement du corps, il permet aussi de lutter contre les effets du vieillissement de la tête.

Le Dr Roland Krzentowski

Pour le Dr Roland Krzentowski, médecin du sport : un bon comportement individuel et un bon environnement font consommer moins de médicaments.

Vous dites : "comportement + environnement = les médicaments". Cela signifie quoi ?

Dr R. K. : Le comportement, c’est ce que vous choisissez de faire de vous. Vous êtes, peut-être né avec un beau corps, mais, si vous ne l’entretenez pas, si vous n’en prenez pas soin, il va se dégrader et vous jouer des tours.
L’environnement, c’est ce qui découle de la volonté politique mais aussi des évolutions architecturales et urbanistiques (les tours et leurs ascenseurs, les villes aux rues larges et aux trottoirs encombrés) et de la reconnaissance sociale : le piéton versus l'automobiliste, par exemple. Il est très important qu’il y ait assez de piscines, de clubs sportifs, de salles de sport pour avoir tout simplement la possibilité d’y aller.
Quand on sait les effets bénéfiques du sport ou de l’activité physique sur la santé et sur le vieillissement, et quand on sait que nous serons 21 millions de plus de 60 ans d'ici vingt-cinq ans, on voit que les politiques ont intérêt, aussi pour des raisons d’économie, de privilégier les espaces dédiés aux sports. Car un bon comportement individuel et un bon environnement font consommer moins de médicaments. On sait qu’après 50 ans, les actifs consomment moins de médicaments que les sédentaires, moins d’arrêts de travail, aussi.

Quel est votre IMC ? Découvrez si vous êtes en surpoids, avec un poids insuffisant (maigreur) ou de corpulence normale !


publicité