publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Acouphènes : Les examens

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (24. septembre 2014)

A l'occasion de la consultation médicale, le médecin tente d'objectiver les acouphènes, la gêne occasionnée, de connaître leur fréquence (aigu, grave...) et leur intensité. En plus du médecin généraliste, on pourra être amené à consulter un spécialiste : un médecin ORL.

Un examen de l'oreille avec un otoscope permet de visualiser une éventuelle pathologie du conduit auditif externe (un bouchon de cérumen, une otite externe, ...) ; il permet aussi de voir l'état du tympan et de diagnostiquer une éventuelle dysfonction de la trompe d'Eustache due par exemple à une otite moyenne (ou otite séreuse ou catarrhe tubaire) en voyant un tympan anormal, terne ou lésionnel.

Une tympanométrie peut être faite pour objectiver la compliance du tympan, c'est-à-dire sa capacité à vibrer sous le coup de variations de pressions. Cet examen recherche un dysfonctionnement tubaire : en effet si la pression est élevée derrière le tympan (à cause d'une inflammation par exemple), celui-ci aura tendance à bomber dans le conduit auditif externe, si la pression s'élève dans le conduit auditif externe, il sera alors peu mobile ce qui n'est pas normal.
Une audiométrie est souvent effectuée pour mesurer une surdité éventuelle associée aux acouphènes, mesurer la fréquence qui est atteinte, quantifier sa gravité ainsi que déterminer son origine : surdité de transmission où les structures en cause sont l'oreille externe et moyenne, ou surdité de perception si les structures atteintes appartiennent à l'oreille interne, le nerf auditif ou l'aire auditive.

D'autres tests très spécialisés peuvent être demandés pour avoir une corrélation entre l'intensité des acouphènes et l'importance de la perte auditive.

Des potentiels évoqués auditifs sont faits quand le médecin soupçonne une atteinte neurologique en particulier une tumeur du nerf auditif (neurinome de l'acoustique) par exemple ou une atteinte de l'oreille interne.

Si les résultats sont positifs, une IRM sera demandée pour confirmer le diagnostic.
Malgré une consultation auprès d'un médecin spécialiste, et différents examens, il arrive qu'aucune cause ne soit retrouvée.


publicité