publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Bébé régurgite sans cesse... : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (07. mai 2014)

D’abord, ne pas paniquer, même si c’est plus facile à dire qu'à faire ! Il est vrai que parfois, les régurgitations sont abondantes et très impressionnantes pour les parents. Ne pas s’affoler n’est pas toujours simple. D’ailleurs, les régurgitations angoissent tellement les parents que c’est la deuxième cause de consultation en pédiatrie.

Voici donc quelques mesures simples si votre bébé régurgite :

> D’abord, fractionner les repas, en respectant des pauses, trois ou quatre pauses pour permettre au bébé de bien faire son rot. Attention, cependant, que les temps de tétées ne deviennent pas trop longs.

> Supprimer le jus d'orange du matin qui favorise l’acidité et les contractions de l’œsophage. De toutes les façons, les laits possèdent des suppléments en vitamine C, largement suffisants pour les besoins quotidiens du bébé.

> Ne pas serrer trop fort les couches ou les vêtements, pour ne pas augmenter la pression abdominale.

> Coucher bébé sur le dos, en surélevant éventuellement la tête du lit de 30° environ.

> Le baby-relax n’est pas conseillé actuellement : il augmenterait la pression abdominale et favoriserait donc le reflux.

> Aérer les pièces d’habitation, notamment la chambre de bébé et surtout, ne pas fumer en présence du bébé : le tabagisme passif diminue le tonus du sphincter inférieur de l’œsophage !

En plus de ces conseils, ^parmi les traitements, le médecin peut commencer par proposer un lait anti-reflux qui est tout simplement un lait épaissi. Les laits anti-reflux contiennent un agent épaississant : farine de caroube, amidon précuit de riz, ou amidon précuit de maïs.

Ils ne sont pas toujours d’une efficacité remarquable, mais, présentent, au moins, l’avantage de ne pas être toxiques pour le bébé. Seul inconvénient, cependant, ils ont tendance à constiper.

Les médicaments

L’efficacité des traitements est très discutée et semble très limitée dans le cas des régurgitations bénignes.
Plusieurs types de médicaments peuvent être prescrits : ceux qui interviennent sur la motricité de l’œsophage et de l’estomac, les pansements gastriques, les anti-acides ou les anti-émétiques.

> Parmi les stimulants de la motricité gastrique, on a beaucoup prescrit la molécule de cisapride. Elle n’est plus utilisée par les pédiatres aujourd’hui, à cause des effets cardio-toxiques qu’elle provoque à long terme.

> Les pansements digestifs permettent de tapisser la muqueuse et de la protéger de l’acidité.

> Les inhibiteurs de la sécrétion acide : les IPP, traduisez, les inhibiteurs de la pompe à protons. Il s’agit de médicaments dont l’action réduit la production d’acide gastrique. C’est efficace. C’est peut-être le médicament le plus efficace contre les conséquences du reflux gastro-oesophagien. Il présente, cependant, un risque : en diminuant l’ acidité gastrique, on diminue, du même coup, le rôle anti-infectieux de l’acidité. Nos autorités sanitaires (l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) préconisent ce type de traitement sur les seuls reflux pathologiques.

> Les médicaments anti-émétiques (contre nausées et vomissements) n’ont pas démontré une grande efficacité sur les reflux.


publicité