publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Coeur qui ne bat pas régulièrement... : Les conseils du médecin spécialiste

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (11. août 2011)

Entretien avec le professeur Jean-Yves le Heuzey, chef de service de cardiologie à l'hôpital Georges Pompidou (Paris). Il donne des conseils...

Quelles nouvelles informations pouvez-vous nous donner sur la fibrillation auriculaire ?
Le secteur est en plein boom. On a pris conscience qu’il s’agissait d’un vrai problème de santé publique. 750 000 personnes concernées. Un nombre qui ne cesse d’augmenter. Il y a quelques années, on mesurait mal l’ampleur du problème posé par cette maladie, ni les risques liés à cette pathologie. Aujourd’hui, de nombreuses recherches sont effectuées, aussi bien au plan épidémiologique que thérapeutique. D’autant plus qu’on s’est rendu compte du coût de cette pathologie. Un tiers des hospitalisations liées à un trouble du rythme cardiaque, est dû à la fibrillation auriculaire.
Quant à la prévention, il n’y a pas de recette miracle pour y arriver, mais il faut effectuer une surveillance régulière de l’ hypertension artérielle, qui est, on le sait, un facteur important de fibrillation auriculaire.

Quels sont les espoirs ?
On attend de nouveaux médicaments, dans les prochains mois. Notamment un nouvel anti-arythmique sans iode, donc, non toxique du point de vue thyroïdien. Et au moins cinq nouvelles molécules anticoagulantes sont en développement. Ce ne sont pas des antivitamines K dont le maniement est délicat, mais ils auront les mêmes qualités anticoagulantes. Le premier de ces nouveaux médicaments, devrait arriver fin 2009. De même, les techniques d’ablation par sonde ont beaucoup progressé, notamment avec la radiofréquence.


publicité