publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les coliques du nourrisson

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (16. juillet 2014)

© iStock

Les coliques du nourrisson sont très souvent la hantise des jeunes parents. Bébé n'a que quelques semaines qu'il se met déjà à pleurer et se tortiller après les repas, sur un rythme quasi-quotidien.

Les coliques du nourrisson se manifestent quelques semaines après la naissance, avec un pic entre 6 et 12 semaines. Puis elles disparaissent spontanément vers 3-4 mois.

Elles sont sans gravité : votre enfant n'est pas « malade », même s'il a l'air de souffrir ! Quand l'épisode de colique passe, bébé est tranquille et normal.

A noter que ces coliques sont plus fréquentes chez les bébés allaités.

Quels sont les signes des coliques du nourrisson ?

  • Chez le bébé, les coliques se manifestent par des douleurs du ventre qui font pleurer très fort.
  • Bébé se tord, crie, devient rouge et ses pleurs sont souvent inconsolables.
  • Son ventre peut devenir assez dur et ballonné.
  • Il a un sommeil agité.
Même si les coliques du nourrisson ne sont pas graves, elles inquiètent... et parfois nécessitent l'avis d'un médecin.

Par exemple, en cas de pleurs incessants chez un bébé associés à d'autres symptômes (fièvre, vomissements...), il est conseillé de consulter un médecin pour s'assurer qu'il n'y a pas d'autres problèmes (reflux gastro-oesophagien, constipation...).

Dans cette situation, comment être certain qu'il s'agisse bien d'une simple colique ? Et quels conseils donner aux mamans dépassées par les cris endoloris de leur bébé ? Comment soulager bébé ?

Cet article fait le point sur ce trouble très fréquent, qui touche les tout-petits, et indirectement leur maman...

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Bébé, Maladies infantiles ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> Fausse route du nourrisson : quand bébé avale "de travers"
> Bébé régurgite sans cesse... Pourquoi, et que faire ?
> Les traitements homéopathiques pour nourrisson
> Biberons : faut-il avoir peur du bisphénol A ?


publicité