publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Convulsion hyperthermique de l'enfant : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (26. juin 2014)

Pendant la crise convulsive, l'entourage doit garder son calme et sa lucidité. Il faut écarter autour de l'enfant tous les objets susceptibles d'être dangereux. L'allonger en position latérale de sécurité et veiller qu'il ne se frappe pas la tête sur un plan dur (mettre un petit coussin sous sa tête). S'assurer que l'enfant n'a rien dans la bouche. Ne pas tenter de l'empêcher de bloquer ses mouvements liés aux convulsions.

Si la convulsion fébrile est terminée quand les parents sont avec le médecin, et que la convulsion a duré moins de 15 minutes, le médecin examine attentivement l'enfant. Si tout va bien, le médecin ne fera rien de plus s'il s'agit d'une première crise et que le médecin juge qu'aucun examen complémentaire n'est nécessaire.

Il expliquera aux parents l'origine de cette crise et prescrit un traitement pour faire baisser la fièvre. Éventuellement, il peut prescrire un traitement (à donner à l'enfant par voie rectale) que les parents donneront si la même crise se renouvelle. Au moindre doute pour le médecin, et si, en particulier, l'enfant a moins d'un an, des examens sont nécessaires, en particulier une ponction lombaire, un électro-encéphalogramme.

Quand on sait qu'un enfant est sujet à des convulsions hyperthermiques, il faut prévenir les variations brutales de température en donnant des antipyrétiques (médicaments contre la fièvre) dès que l'enfant a de la fièvre.

Ce n'est pas toujours simple ; en effet, la crise convulsive se déclenche assez souvent au début d'une poussée de fièvre. En tous cas, il est nécessaire de faire baisser la température de l'enfant : le découvrir, le mettre dans une pièce chauffée normalement (19-20°C), lui rafraîchir le corps en l'essuyant avec un linge mouillé. Aujourd'hui, on ne recommande plus de donner un bain avec de l'eau fraîche.

Le médecin peut prescrire une benzodiazépine (du diazépam) sous forme injectable, mais administré par voie intra-rectale : avec une seringue et une canule. Le médecin expliquera bien aux parents comment l'utiliser.

Il est possible qu'ils récidivent, pour les mêmes raisons, c'est-à-dire lors d'une poussée de fièvre. Certains enfants n'auront qu'une seule crise, d'autres récidiveront une fois ou deux, d'autres encore convulseront plus souvent.

Dans des cas de convulsion fébrile complexe, le médecin peut prescrire un traitement continu de valproate de sodium à prendre par la bouche, en 2 à 3 prises par jour. L'objectif sera d'éviter toute nouvelle crise.


publicité