publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Dysphagie : La dysphagie haute

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. août 2014)

En cas de dysphagie dite haute, les patients se plaignent d'une difficulté à avaler et à déglutir. Malgré de nombreuses tentatives, les aliments restent « coincés » dans la bouche ou l'arrière gorge. Il peut exister des signes associés comme des régurgitations nasales, une toux ou une hypersalivation, le malade ayant parfois du mal à avaler sa salive.

Le médecin effectue alors un examen clinique (le fond de la gorge, nez, oreilles, palpation du cou à la recherche d'un éventuel gros ganglion...). Il vérifie comment ce trouble de la déglutition est survenu, à quelle occasion, depuis combien de temps...et demande d'éventuels examens complémentaires.

En plus du médecin traitant, on peut aller consulter un spécialiste : un médecin ORL. Celui-ci pourra bien examiner l'arrière-gorge et le pharynx.
En fonction de la cause de la dysphagie, d'autres symptômes pourront être associés.

La dysphagie basse


En cas de dysphagie basse, le malade perçoit un blocage des aliments derrière le sternum (plus souvent pour les aliments solides ou pâteux), suivi soit de la sensation de passage, facilité ou non par l'ingestion d' eau, soit d'un épisode de vomissement qui soulagera le malade.

Parfois, l'épisode de blocage alimentaire est total (on parle alors d'aphagie) et oblige à une consultation en urgence. Ces symptômes s'associent souvent à d'autres symptômes, comme des régurgitations ou des brûlures oesophagiennes. Parfois, les sensations de blocage ou de difficulté de passage des aliments sont ressenties plutôt au niveau de la gorge ou du cou. Enfin, le malade peut ressentir des douleurs thoraciques.

Le retentissement sur le poids est très variable selon les cas, mais une perte de poids rapide en quelques mois n'est pas exceptionnelle. Tout symptôme de ce type doit amener à consulter son médecin traitant, ou un gastro-entérologue.


publicité