publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Enfant qui fait encore pipi au lit : Les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (15. octobre 2010)

Les causes de l' énurésie peuvent êtres différentes.
L'enfant fait pipi de manière incontrôlée ou inconsciente pendant le sommeil (nuit ou sieste). On estime que ce pipi au lit tardif constitue une "anomalie" à partir de cinq-six ans :

- L’enfant a toujours fait pipi au lit, de nuit comme de jour ( énurésie primaire).

- Il fait uniquement pipi au lit la nuit ( énurésie isolée).

- Il fait pipi au lit de nouveau alors qu’il était propre depuis au moins six mois ( énurésie secondaire).

A savoir : On ne parle pas d’énurésie lorsque l’enfant fait pipi dans sa culotte au cours de la journée mais de " fuites urinaires".

Trop d'urine

Des troubles hormonaux peuvent être la cause d'une énurésie.
L’enfant produit trop d’ urine la nuit en raison d'une diminution de son hormone antidiurétique naturelle au cours du sommeil. On parle même de "polyurie nocturne" lorsque les enfants urinent beaucoup jusqu’à tremper leur oreiller.

Petite vessie

La petite vessie de l'enfant ne joue pas son rôle de réservoir hermétique. Elle se vide trop tôt, se remplit de nouveau, se vide encore... Les enfants peuvent ainsi uriner plusieurs fois des petites quantités d’ urine sans être réveillés.

On parle alors "d’ hyperactivité vésicale" (30 % des enfants énurétiques) et il n’est pas rare que ces enfants aient aussi des envies fréquentes la journée, voire des fuites urinaires.

Sommeil profond

Cette hypothèse n’explique pas à elle seule l’ énurésie, car la majorité des enfants dort profondément sans pour autant faire pipi au lit. Les enfants énurétiques seraient seulement plus difficiles à réveiller sans que les contractions de leur vessie ne parviennent à les réveiller.

Facteurs psychologiques

Certains facteurs entretiennent ou aggravent une énurésie préexistante (attitude coercitive des parents, conflit familial, laisser-aller et grande tolérance familiale, désarroi de l’enfant...), ou encore déclenchent une énurésie secondaire (déménagement, naissance, conflit familial, problèmes scolaires, stress post-traumatique...).

Le risque d' énurésie serait d'environ 40 % si un des parents souffrait d'énurésie, et de 60 % si les deux parents étaient atteints de ce trouble.


publicité