publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les éruptions cutanées

Publié par : rédaction Onmeda (10. novembre 2017)

© iStock

Une éruption cutanée ou exanthème est une apparition rapide de lésions rouges ou roses sur la peau du visage et/ou du corps. A la différence du purpura, l’exanthème ou rash disparaît quand on appuie quelques secondes sur la peau.

L'éruption cutanée peut s’accompagner d’une atteinte des muqueuses oculaires, génitales ou buccales.

Les signes de gravité associés à une éruption sont la fièvre élevée, l’apparition de ganglions, des bulles sur la peau ou les muqueuses, des anomalies du bilan hépatique et rénal ou une atteinte des organes respiratoires et une atteinte de plus de 90% de la surface corporelle.

Il existe trois grands types d’éruption de la peau selon la disposition et l’aspect des lésions :

  • Morbilliforme (ou qui ressemble à la rougeole) : elle se constitue de boutons ou de plaques rouges séparées par des espaces de peau saines avec souvent un œdème du visage
  • Scarlatiniforme (qui ressemble à la scarlatine) : ce sont des plaques rouges vives qui prédominent dans les plis de l’aine et des aisselles sans espaces de peau saines et qui évoluent vers une desquamation typique avec parfois des pustules (boutons à tête blanche) identifiées à leur surface
  • Roseoliforme (ou qui ressemble à la Roséole) : il s’agit d’une éruption rose pâle parfois très discrète de disparition rapide

Une éruption peut aussi se présenter sous forme de :

  • vésicules (cloques de moins de 3mm),
  • bulles (grandes cloques de plus de 1cm), 
  • plaques d’urticaires (grandes plaques rouges qui démangent beaucoup et changent de place en quelques heures).
Une éruption peut entraîner des démangeaisons ou des brulûres sur la peau. L’évolution est souvent descendante c’est à dire qu’elle débute au thorax avec atteinte secondaires des bras et des jambes puis des pieds.

En général, après résolution de l’éruption apparaît une desquamation de la peau qui témoigne du phénomène de disparition de l’inflammation dans la peau et de régénération l’épiderme (couche superficielle de la peau).

En images : des boutons sur la peau ... de quelle maladie pourrait-il s'agir ?

Les causes

Les causes d'une éruption cutanée sont multiples et parfois difficile à identifier. Les principales causes sont les suivantes :

1) Causes infectieuses :

2) Les allergies médicamenteuses :

Elles peuvent survenir jusqu’à 3 semaines après introduction d’un médicament. Les plus fréquemment impliqués sont :

  • les antibiotiques,
  • les anti-inflammatoires,
  • les médicaments antiépileptiques,
  • les produits de contraste injectés lors des scanners ou des IRM.

3) Une allergie à un produit cosmétique ou médicamenteux appliqué localement sur la peau :

Il peut s'agir :

4) Une maladie auto-immune...

  • touchant la peau : dermatose bulleuse auto-immune, lupus, dermatomyosite…
  • touchant d’autres organes : lupus, dermatomyosite, maladie de still…

5) Une vascularite inflammatoire appelée maladie de Kawasaki chez l’enfant

Cette maladie peut s’accompagner d’une atteinte cardiaque

6) Une inflammation de la peau secondaire à :

  • une pathologie hématologique,
  • une pathologie digestive,
  • une pathologie infectieuse (syndrome de Sweet).

7) Une poussé d’une maladie dermatologique connue comme :

8 Une maladie hématologique comme :

En fonction de la notion de voyage en zone tropicale, du contact avec une personne malade (chez l’enfant varicelle, pied-main-bouche), du contexte de vaccination (rougeole, rubéole) de l’introduction récente d’un médicament nouveau, de l’aspect clinique et des résultats des prélèvements, on s’orientera vers l’une ou l’autre de ces causes.

Les traitements

En cas d'éruption cutanée, le traitement est d’abord celui de la cause si elle est curable.

La plupart des éruptions virales rentrent d’elle-même dans l’ordre après une évolution pendant une dizaine de jours. La vaccination permet de prévenir de nombreuses infections virales qui peuvent être sévères chez l’adulte, chez l’enfant ou la femme enceinte et son foetus comme la rougeole, la rubéole, le virus de l’hépatite B.

Les éruptions bactériennes peuvent se traiter par antibiotiques adaptés au germe en cause. De même, les éruptions liées à une infection par un champignon vont évolueront favorablement sous antifongique adapté.

La gale se traite par un antiparasitaire local ou général.

En cas de suspicion d’éruption liée à un médicament, il convient d’arrêter en urgence le médicament impliqué après avis médical s’il est indispensable car certaines allergies sont graves et peuvent entrainer des complications sévères.

La maladie de Kawasaki, si elle s’accompagne d’une atteinte cardiaque, peut nécessiter des injections d’immunoglobulines.

Pour soulager les démangeaisons on peut utiliser un antihistaminique léger, des crèmes à la cortisone et des crèmes hydratantes.

En cas de signes de gravité, de suspicion d’allergie médicamenteuse, d’éruption chez un patient dont les défenses immunitaires sont diminuées ou bien chez une femme enceinte, une hospitalisation pourra être indiquée pour prise en charge et surveillance.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Maladies et soins de la peau !

A lire aussi :

> La dermatite atopique chez l'enfant
> L'eczéma chronique
> Psoriasis : stop aux idées reçues !
> D'autres maladies de la peau

Sources et notes

Auteur : Dr ISVY-JOUBERT, dermatologue

Sources :

www.therapeutique-dermatologique.fr
www.dermato-info.fr



publicité