publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les frissons : quand le corps entier grelotte

Publié par : Dorothee Gebele (05. octobre 2015)

© Jupiterimages/iStockphoto

Dans le domaine médical, on comprend par frissons une sensation de froid accompagnée de grelottements incontrôlés parcourant le corps entier. Ces frissons surviennent durant une période plus ou moins prolongée. En cas de température corporelle qui monte (fièvre), ils se manifestent durant plusieurs minutes à plusieurs heures, survenant par vagues.

Le grelottement a pour but d’augmenter rapidement la température corporelle : les muscles du corps tremblent, se contractent de manière répétée afin de créer de la chaleur.

Ces contractions musculaires surviennent notamment au niveau des cuisses, du dos et des muscles de la mâchoire.

Un signe caractéristique des frissons est l’impossibilité d’influencer consciemment le grelottement.

Des frissons soudains sont un symptôme général commun aux maladies infectieuses accompagnées de fortes fièvres.

Les frissons contribuent à la hausse de notre température corporelle. C’est pourquoi les frissons peuvent survenir même avant que la fièvre n’apparaisse.

Fièvre et frissons surviennent surtout dans le cadre d’infections lorsque l'organisme entier est impliqué dans une réaction inflammatoire. L’agent pathogène (bactéries ou virus) provoque une réaction du corps qui libère alors des cytokines, dont des substances provoquant de la fièvre (substances pyrogènes). Ces substances sont transportées par la circulation sanguine jusqu’au cerveau où elles provoquent la réaction fébrile.

Le responsable de ces réactions fébriles est une petite zone du cerveau appelé l’hypothalamus. C’est là que se fait la thermorégulation.
Résultat : les mécanismes de la régulation thermique, qui en temps normal maintiennent la température corporelle (plus ou moins constante) à 37°C, provoquent une hausse de la température :

  • d’un côté en réduisant le dégagement de chaleur du corps (par une circulation sanguine cutanée réduite, c’est pourquoi la peau refroidit),
  • d’un autre côté en augmentant la production de chaleur grâce à des contractions musculaires, des tremblements (donc aux frissons).

Cette hausse de fièvre dure jusqu’à ce que la température corporelle ait atteint la nouvelle valeur « désirée ». Après, les frissons disparaissent.

A noter aussi que des frissons peuvent survenir sans qu’il soit question de fièvre. Ils peuvent se manifester en réaction à des températures extérieures très basses. Ces frissons auront alors le même objectif : les contractions musculaires créeront de la chaleur dans le corps pour éviter qu’il ne se refroidisse.

A l’autre extrême, des frissons peuvent aussi se manifester en cas de coup de chaleur.

 

Chez l’enfant, ne pas confondre avec des convulsions

Enfin chez un jeune enfant, attention de ne pas confondre les frissons avec des convulsions. Des convulsions liées à une poussée de fièvre sont assez fréquentes chez le jeune enfant. Les tremblements ou secousses sont assez importants, mais parfois cela se manifeste par un état de rigidité passager. L’enfant perd contact avec son entourage. Après les convulsions, l’enfant généralement retrouve son état normal, comme si rien ne s’était passé.
Même si souvent ces convulsions sont sans conséquence grave, l'avis d’un médecin est recommandé. Cet avis est même indispensable si ces convulsions durent plus de 10-15 minutes, qu’elles se répètent, qu’elles surviennent sans fièvre ou si, après ces convulsions, l’enfant a un comportement différent.

A lire aussi :
> La fièvre chez l'enfant
> La grippe chez l'enfant

 

Auteurs : Dorothee Gebele, Dr Nicolas Evrard


publicité