publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Fuites urinaires : Les conseils du médecin spécialiste

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (26. septembre 2012)

Les conseils du docteur Xavier Fritel, médecin spécialiste, gynécologue au CHU de Poitiers.

Est-ce que l'on connaît les raisons de l'incontinence urinaire ?

D’abord, il n’existe pas une incontinence, mais plusieurs formes d'incontinence. Et on ne connaît pas toujours très bien les causes. Mais, à la limite, si le médecin ne parvient pas à déterminer avec précision la raison exacte d’une incontinence, il peut, par les examens, par les traitements, en venir à bout. Et c’est ça l’essentiel.
L'origine d'une incontinence urinaire peut être difficile à identifier, elle peut dépendre parfois simplement de certaines habitudes de vie...

Par exemple ?

Je me souviens d’une patiente qui me posait problème. Elle avait des fuites qui l'handicapaient beaucoup. Tellement, qu’elle avait tendance à vouloir s’enfermer chez elle. Elle avait développé une véritable phobie professionnelle. D’ailleurs, elle avait remarqué que chez elle, elle était moins sujette à ces fuites. Mais au travail ça revenait. On a cherché la raison. En fait, quand elle travaillait, elle avait besoin de boire beaucoup de café. Elle absorbait ses deux litres chaque jour. Alors, on ne sait pas si c’est le café qui provoquait les fuites ou la quantité de liquide absorbé, tout simplement... le fait est que c’était cette habitude qui était en cause. Donc, vous voyez, cela peut être une cause toute bête. Très facile à réparer. D’où l’importance d’aller consulter et d’en parler.

Quelles sont les conséquences les plus fréquentes d'une incontinence ?

L’incontinence urinaire n’est pas une maladie. Mais c’est parfois un véritable handicap social. Quand on voit des femmes qui n’osent plus sortir de chez elles, à cause de cela, qui finissent par avoir une image complètement dégradée d’elles-mêmes, qui deviennent dépressives... alors on comprend que le vécu de l’incontinence est souvent très douloureux. Voilà la conséquence vraiment grave de l’incontinence : le handicap social.

Consulter servira bien sûr à trouver des solutions...

L’incontinence urinaire n’est pas une fatalité, même si c’est très fréquent. Des solutions existent : la rééducation, les médicaments et même la chirurgie quand le reste ne marche pas. Il y a toujours une solution. Sauf, peut-être, dans le cas de femmes très âgées qui souffrent de pathologies neuro-dégénératives.

Mais la plus grande partie des patientes sont des femmes jeunes : entre 45 et 65 ans. Et pour celles-là, il y a des traitements tout à fait satisfaisants. Il ne faut pas hésiter à en parler à son médecin. Et surtout, ne pas attendre que cela soit vécu comme un handicap.



publicité