publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Hématurie : Les examens

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. août 2014)

Vous voyez du sang dans vos urines : pas de panique ! Vous ne risquez pas de vous vider de votre sang. Il ne s'agit pas d'une urgence médicale. Même si vos urines sont très rouges, il est probable que vous n'ayez perdu que peu de sang. Il est dilué dans l'urine et semble donc abondant.

Cependant, lorsque vous constatez cette hématurie, vous devez aller consulter votre médecin. Même s'il ne s'agit pas d'une urgence, il est important de ne pas tarder pour qu'un diagnostic soit posé le plus tôt possible.

La première étape est donc l'interrogatoire médical. Votre médecin va chercher à savoir si ces hématuries proviennent d'un problème néphrologique (des reins) ou d'un problème urinaire. Pour cela, il va vous poser toutes sortes de questions. Notamment sur le moment où ces hématuries sont apparues : en début ou en fin de miction.

> hématurie initiale : lorsque le sang apparaît au début de la miction, cela oriente le médecin plutôt vers un problème au niveau de l'urètre ou de la prostate.

> hématurie terminale : lorsque les urines sont rouges en fin de miction. Cela oriente plutôt vers un problème vésical (sur la vessie).

> hématurie totale : du début à la fin de la miction. Il n'y a pas vraiment d'orientation, cela peut venir aussi bien des reins que de la vessie.

Le médecin demande aussi si ces hématuries sont associées ou non à des douleurs, si vous fumez, si vous avez des antécédents de calculs urinaires, etc.

Un examen clinique est aussi effectué. Son but est de trouver une éventuelle masse au niveau d'un rein ou de vérifier si la prostate est douloureuse ou encore si des polypes peuvent se trouver dans l'urètre, etc.

Ensuite est réalisé un bilan urinaire. Si ce bilan urinaire est négatif, c'est auprès d'un néphrologue, un médecin des reins, qu'il vous enverra.

Selon les cas, le bilan urologique peut ne pas être nécessaire. Si, par exemple, une hématurie est associée à une infection urinaire, il suffira de traiter par antibiotique cette infection.

Le bilan urologique
Votre médecin va chercher à connaître la cause de cette hématurie (ou de ces hématuries). Il peut donc, dans un premier temps, effectuer un bilan urologique. Il va chercher toutes les causes de « tuyauterie » de ces hématuries :
- une tumeur ou un calcul du rein,
- une infection urinaire,
- un problème à la prostate,
- un problème au niveau de la vessie (calculs ou tumeur),
- une tumeur ou un calcul d'un uretère,
- une infection de la vessie : cystite ou un polype de la vessie,
- des polypes, des calculs ou une infection de l'urètre.

Si ce bilan urologique est normal et qu'il est vérifié qu'il n'y a rien au niveau urologique, alors, c'est qu'il s'agit d'un problème néphrologique et c'est auprès du néphrologue que vous devrez aller pour explorer les causes d'une hématurie (ou des hématuiries).

Les examens complémentaires
Un certain nombre d'examens complémentaires peuvent être nécessaires pour déterminer l'origine, la cause précise d'une hématurie.

> La bandelette urinaire : on trempe une petite bandelette dans les urines à la recherche de sang, de leucocytes et de nitrites présents parfois en cas d'infection.
> L'ECBU : examen cyto-bactériologique des urines est l'examen qui recherche des germes dans l'urine (en cas de suspicion d'infection).
> La cytologie urinaire : c'est l'examen des urines en laboratoire pour vérifier la présence de certaines cellules urothéliales qui pourraient montrer, entre autre, une tumeur de la vessie.
> L' échographie : cet examen se fait au cabinet du médecin. Il est indolore et ne demande pas de préparation. Il permet d'explorer les reins, la vessie, la prostate.
> L'uroscanner : il s'effectue dans un cabinet de radiologie. Il nécessite l'injection préalable d'un produit de contraste à base d' iode. Il utilise les rayons X. L'uroscanner a remplacé l'urographie intraveineuse. Il permet une exploration précise des reins. Il permet donc de vérifier la présence éventuelle de polypes rénaux, de tumeurs ou de calculs. L'uroscanner est peu performant pour l'étude de la prostate.
> La fibroscopie : une petite caméra est introduite par les voies naturelles (l'urètre) qui va permettre de visualiser, de l'intérieur, l'urètre, la prostate et la vessie, à la recherche de polypes. Cet examen n'est pas possible si vous souffrez d'une infection urinaire. Dans ce cas, il faut traiter l'infection urinaire d'abord et effectuer l'examen ensuite.
Dans 9 cas sur 10, ces examens permettent de trouver la cause des hématuries.
Si tous ces examens sont normaux, alors vous devrez aller consulter un néphrologue.


publicité