publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Lumbago : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (17. juin 2014)

Pour faire le diagnostic de lumbago et ensuite bénéficier d'un traitement, le médecin doit connaître le quotidien du patient : sa profession, une période de surmenage, ses loisirs, sport, quel sport, bricolage... Il faut connaître le facteur déclenchant : un effort musculaire, un traumatisme, rechercher un surpoids, une faiblesse musculaire, une mauvaise courbure vertébrale (scoliose, hyperlordose, ...). Il faut aussi connaître l'impact de la douleur sur les activités du patient, c'est un signe assez objectif de la gêne occasionnée par la pathologie.

L'examen clinique recherche une raideur, une contracture musculaire, une attitude antalgique en avant ou penchée sur le côté, note le siège de la douleur au milieu ou plutôt latérale, ses irradiations, si la douleur est présente la nuit ou en fin de journée.

Souvent, des radiographies sont demandées, voire un scanner, ou une IRM, pour éliminer une pathologie particulière (une malformation d'une vertèbre, une tumeur, une discopathie, une maladie moins fréquente de la colonne vertébrale).
L'imagerie ne donnera pas tellement de renseignements : parfois une arthrose débutante avec peu de signes radiologiques malgré une symptomatologie clinique importante, parfois des signes radiologiques d'arthrose très avancée avec des disques détruits, une ostéophytose importante ou becs de perroquet (reconstruction osseuse autour de zones arthrosiques qui détruisent plus ou moins l'os) avec un lumbago ne donnant pas un handicap important.

Il est possible, dès que la douleur a disparu de faire quelques séances de massages chez le kinésithérapeute qui en profitera pour conseiller quelques mouvements de gymnastique à faire quotidiennement.

Pour prévenir la lombalgie, des écoles du dos ont été créées, elles mènent des actions de prévention en santé scolaire, sensibilisent les enfants à ménager leur dos dès l'enfance. Elles interviennent aussi dans les entreprises en particulier dans le bâtiment.
La médecine du travail est vigilante sur les postes de manutention, sur les postes de secrétariat où la position assise est une situation à risque pour le dos.

L'apprentissage du geste, l'adaptation des outils, la connaissance de l'ergonomie des postures et des mouvements est un gage de prévention du lumbago.

Les médicaments antalgiques (contre la douleur) plus ou moins puissants, et les médicaments anti-inflammatoires sont souvent la base du traitement d'un lumbago engendré par une hernie discale.
La prescription de ces médicaments pendant quelques jours est en général suffisante.
Le repos est obligatoire pour faciliter la guérison. Non pas systématiquement le repos au lit, mais il faut éviter impérativement de faire les mouvements qui blessent, le temps de la cicatrisation de la blessure. Parfois seule la position allongée soulage, parfois elle est insoutenable. Ce n'est pas toujours facile.

Il faut éviter les voyages en voiture dans les périodes aiguës. Plus tard, quand la douleur aura disparu, lors de voyages longs en voiture, lors d'efforts de manutention, on peut conseiller de mettre une ceinture de contention.

Il peut être nécessaire de faire des infiltrations de cortisone dans les espaces intervertébraux.
Il est rare que la chirurgie soit nécessaire pour traiter un lumbago simple sans composante neurologique, le succès n'est pas toujours garanti. Il faut ménager sa colonne.

Par la suite, la zone qui a été blessée reste fragile, il faut apprendre à ménager sa colonne, Avoir les bonnes positions, les bons gestes quand un poids doit être soulevé, plier les jambes et garder le dos droit. Faire des exercices physiques qui fortifient les muscles de la colonne vertébrale et les abdominaux. Éviter de prendre du poids.


publicité