publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Mal au ventre : Le diagnostic

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (24. février 2015)

Afin de poser le diagnostic exact pour un mal de ventre, il est important d'établir l'évolution exacte des symptômes ainsi que d'éventuels antécédents médicaux. Le médecin pose alors de nombreuses questions : quand, où et comment (progressivement ou soudainement) les douleurs se sont manifestées ? Sont-elles accompagnées par d'autres troubles ou douleurs (nausées, vomissements, du sang dans les selles...) ? Les douleurs apparaissent-elles dans certains contextes (par exemple après un repas), etc.

Une fois que le médecin a délimité les causes possibles du mal au ventre grâce à ses questions, il procède à un examen clinique détaillé afin de s'orienter vers un diagnostic. Il prend tension, pouls et observe attentivement le patient : quel est son état de santé général ? Quelle est la couleur de son visage ? Se tord-il de douleur ? Le médecin observe également l'aspect du ventre : est-il gonflé ? Présente-t-il des protubérances (par exemple au niveau de l'aine dans le cas d'une hernie) ou des cicatrices (résultant d'une opération précédente) ?

Ensuite, le médecin ausculte le ventre avec un stéthoscope afin de vérifier si les bruits intestinaux sont normaux, réduits ou renforcés. Une partie importante pour établir un diagnostic en cas de douleurs abdominales est la palpation : le médecin palpe le ventre avec ses mains afin de constater d'éventuels durcissements et de vérifier si les douleurs s'accentuent en pressant sur la paroi abdominale. De même, le simple fait de retirer les mains soudainement peut provoquer des douleurs, ce qui peut également fournir des pistes pour le diagnostic.

Le médecin peut aussi procéder à un examen rectal ( toucher rectal) pour palper le rectum et certains éléments présents dans le bas de la cavité abdominale, avec son doigt.

Selon le résultat de cet examen clinique et en fonction s'il s'agit de douleurs aiguës ou chroniques, d'autres examens peuvent s'avérer nécessaires afin de poser un diagnostic précis. Par exemple :

- Une échographie du ventre.
- Des radiographies, par exemple du thorax et de l'abdomen.
- Une analyse sanguine : hémogramme, marqueur d'inflammation, enzymes hépatiques...
- Une analyse urinaire.
- Une analyse des selles, par exemple : recherche de vers et parasites.
- Un ECG ( électrocardiogramme).
- Des tests d'intolérance alimentaire (par exemple pour l'intolérance au lactose).
- Une gastroscopie ou une coloscopie.
- Un scanner ou une IRM (imagerie à résonance magnétique).
- Un examen endoscopique qui permet un examen précis des canaux biliaires et du pancréas.


publicité