publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Mal aux ovaires : les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (28. avril 2016)

Les traitements dépendront bien sûr de l'origine du problème. Parfois, la prise en charge doit se dérouler de manière la plus urgente, en cas de grossesse extra-utérine, par exemple.

Dans un premier temps, avant de déterminer le ou les traitements à appliquer, un examen clinique par le médecin est nécessaire. Il pourra effectuer un toucher vaginal pendant cet examen. Des explorations complémentaires peuvent être prescrites, comme une échographie faite soit par un gynécologue, soit par un radiologue spécialisé en gynécologie. Parfois d'autres examens plus sophistiqués sont nécessaires.

En fonction de ces explorations, différentes causes peuvent être identifiées. L'origine de ce « mal aux ovaires » peut être très différent selon le caractère des douleurs (aiguës ou chroniques).
En cas de douleur pelvienne, un médecin généraliste peut être consulté, parfois un gynécologue. Si - au final - les douleurs n'ont rien à voir avec un problème gynécologique (ovaires, utérus), un autre spécialiste peut être consulté, comme un gastro-entérologue en cas de trouble d'origine digestive.

Pour les causes gynécologiques de douleurs aux ovaires, en fonction du diagnostic, des hormones (pilule) peuvent être prescrits, si le problème est lié à une endométriose, et si un traitement hormonal est inefficace, une intervention chirurgicale peut être envisagée.

 

A voir aussi cette vidéo sur les douleurs épisodiques aux ovaires :

Le plus souvent, le phénomène de la douleur aux ovaires est tout à fait bénin, étant en rapport avec le mécanisme de l'ovulation. Mais il arrive que ces douleurs soient en rapport avec un phénomène pathologique. Explications du gynéco…

Vous voulez échanger, partager votre expérience ou avez besoin d'un conseil ? Rendez-vous dans nos FORUMS Gynécologie, Ovulation, Ménopause, .... ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :
> Les ovaires polykystiques
> L'endométriose
> Le syndrome prémenstruel



publicité