publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Mal de dos : Les conseils du médecin spécialiste

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (31. décembre 2014)

Entretien avec le Dr Michel Samson, médecin spécialiste, rhumatologue. Il donne plein de conseils pratiques...

Le travail sur ordinateur est-il un facteur aggravant du mal de dos ?
Certainement pas. Cependant notre façon de vivre a radicalement changé depuis quelques décennies et le travail sur ordinateur est devenu incontournable pour une majorité d'entre nous.
De nombreuses études ont « innocenté » l'ordinateur dans la survenue des lombalgies et dorsalgies. Mais la position assise très prolongée, l'impossibilité de pouvoir se lever et marcher un peu, entraîne des tensions musculaires sources de douleurs, de fatigue, de stress... Certains employeurs devraient être plus sensibles à cette réalité.
Le problème est que très souvent, derrière la plainte concernant l'ordinateur et sa souris, se cache une plainte d'un autre ordre : celle de la monotonie, de l'insatisfaction au travail, du stress, des conflits professionnels ou personnels. Le médecin doit savoir décrypter ces doléances rarement exprimées clairement. Ces facteurs associés contribuent pour une large part à accentuer le mal de dos.

Le surpoids peut-il être une cause de mal de dos ?
Le simple surpoids n'est probablement pas une cause de maux de dos. Il est inutile de culpabiliser les femmes (pas plus que les hommes d'ailleurs) sur ce point.
De plus, on observe souvent que des douleurs apparaissent même plutôt au cours de l'amaigrissement tant désiré. Il faut toujours chercher d'autres causes et ne pas s'arrêter à ce surpoids qui n'est probablement pas le facteur déterminant de ces douleurs.
Il faut rechercher une cause organique lésionnelle bien sûr, mais aussi dépister un éventuel conflit au travail, une éventuelle dépression associée, de façon à orienter au mieux ce patient qui souffre. J'ai observé personnellement que le simple fait de dédramatiser ce problème du surpoids suffisait parfois à améliorer ces douleurs, ou du moins à diminuer leur retentissement, la quête des antalgiques, etc.

Mais en cas d'important surpoids ?
Il n'en est certainement pas de même pour la véritable obésité (IMC supérieure à 30). Dans ce cas, l'appareil musculo-squelettique est dépassé par la charge de travail qu'on lui demande, des déformations s'installent, les disques s'écrasent, les muscles s'atrophient.
Ceci est caractérisé par une cambrure excessive, un ventre proéminent sans muscles, un dos qui s'arrondit... Amaigrissement, rééducation fonctionnelle, traitements antalgiques, voire des infiltrations s'imposent alors, si on veut éviter ce cercle vicieux « douleur-immobilité-augmentation de la surcharge pondérale ».

Pourquoi le repos est-il aujourd'hui contre-indiqué en cas de mal de dos ?
Pendant de nombreuses années les médecins ont préconisé le repos en premier lieu en cas de mal de dos. On s'est aperçu récemment que, si le repos peut rester indispensable pendant une courte période (deux à trois jours) dans les lombalgies aiguës ( lumbagos), il s'avère rapidement néfaste s'il est trop prolongé, et peut même favoriser le passage à la chronicité.
En un mot, en cas de mal de dos, mieux vaut bouger, changer et adapter ses positions de travail, reprendre une activité sportive adaptée, que de se mettre au lit ou au fauteuil. C'est sur ce concept de réadaptation à l'effort que travaillent maintenant les écoles du dos et les kinésithérapeutes.


publicité