publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Métrorragies : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (03. juillet 2014)

Selon le résultat des examens entrepris pour diagnostiquer l'origine des métrorragies, les traitements différent. En cas de tumeur, par exemple, une prise en charge spécifique sera mise en place.

En cas de métrorragies dites fonctionnelles
C'est souvent ce qui arrive au moment de la ménopause. Tout se dérègle (autrement dit, la sécrétion des hormones est perturbée) et des métrorragies surviennent. Le traitement consiste à prescrire des hormones.

> Les progestatifs. Ils permettent à la muqueuse utérine d'être moins soumise aux oestrogènes. Ce traitement est généralement prescrit du 8ème au 26ème jour du cycle, ou encore parfois durant seulement 12 jours.

Autre traitement hormonal possible : les agonistes de la LHRH sont surtout utiles en cas de fibromes, au moment de la ménopause.

> Le stérilet à la progestérone. Ce stérilet hormonal diffuse au niveau utérin un progestatif. La paroi de la muqueuse utérine diminue et devient plus fine.

Une opération chirurgicale
Le gynécologue pourra vous proposer un traitement chirurgical, parfois après la prise de médicaments (si ceux-ci se sont avérés peu efficaces). Ce sera le cas si vous êtes ménopausée ou si vous n'avez plus de désir d'enfant. Ces solutions chirurgicales ont pour but de réduire la muqueuse de l'utérus.

> Le curetage est effectué sous anesthésie générale. Il est réalisé avec une curette, une sorte de petite lame recourbée en forme de cupule et dont le chirurgien se sert pour gratter l'intérieur de l'utérus. Mais cette technique n'est pas aussi efficace que d'autres techniques et peut engendrer des complications (comme une perforation). Ce curetage est de moins en moins utilisé.

> La résection de l'endomètre sous hystéroscopie est le traitement chirurgical le plus efficace. On lui attribue 85 à 90% de bons résultats à six mois. 60 à 85% à deux ans. Il s'agit cependant d'une technique assez difficile qui peut provoquer, comme le curetage, des complications, notamment une perforation.

> Le ballonnet et la thermorégulation. La technique date des années 90. Il s'agit d'un petit ballonnet que l'on introduit dans l'utérus, avant de le gonfler. Lorsqu'il tapisse bien toute la paroi de la muqueuse utérine, on le chauffe à 87° C pour engendrer la destruction de cette muqueuse.
Cette technique est facile à utiliser. Malheureusement, la thermorégulation est encore très peu employée en France. Le matériel, à usage unique, n'est pas remboursé.


publicité