publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Plagiocéphalie : Les causes

Publié par : Dorothee Gebele (17. juin 2015)

Les causes de la plagiocéphalie du nouveau-né sont multiples et souvent reliées entre elles. Elles n’ont pas été parfaitement toutes identifiées avec exactitude, et ses causes font toujours l’objet de travaux de recherche. Voici les « pistes » les plus sérieuses qui peuvent être retenues. Les déformations du crâne, qui apparaissent souvent très tôt (à la naissance ou pendant les premiers mois de la vie), peuvent être provoquées par différentes circonstances avant, pendant et après la naissance :

  1. Les causes utérines (in utero)
    Avant même la naissance, une mauvaise position du corps et de la tête, un manque de liquide amniotique ou un manque de place dans l'utérus peuvent provoquer des pressions prolongées sur le crâne du bébé et ainsi causer une plagiocéphalie. Inversement, trop de place dans l’utérus peut conduire à des problèmes de positionnement du fœtus et provoquer des contraintes d’accouchement, nécessitant des actes instrumentalisés.
  2. Les contraintes de l’accouchement
    Les contraintes que le crâne du bébé subit lors du passage dans le bassin de la mère peuvent causer des asymétries crâniennes en favorisant la constitution de torticolis. Ce risque se présente notamment dans le cas d’un travail très long ou lors de l’utilisation d’instruments d’accouchement (forceps, ventouse).
  3. Le torticolis congénital
    On distingue deux formes de torticolis congénital :
    - le torticolis congénital postural qui résulte d’une contrainte utérine (par exemple, la posture du fœtus dans l’utérus), et
    - le torticolis congénital musculaire qui est lié à la rétraction unilatérale d’un des muscles qui soutiennent la tête et permettent sa rotation : étant raccourci et moins souple d’un côté, ce muscle limite la rotation du cou.
    Dans les deux cas, la tête est penchée d’un côté, le crâne désaxé par rapport au cou. Un torticolis non traité entraîne systématiquement une plagiocéphalie et, à l’inverse, une déformation asymétrique du crâne peut provoquer un torticolis secondaire.
  4. La position du bébé dans le sommeil
    C’est la cause la plus fréquente et la plus aggravante de la plagiocéphalie. On parle aussi de la plagiocéphalie positionnelle ou Plagiocéphalie Postérieure d’Origine Positionnelle (PPOP) : la tête du bébé couché sur le dos subit une pression asymétrique et continue sur l’arrière crâne qui s’aplatit, phénomène accompagné d’une asymétrie de la forme de la tête.
  5. Une manque de vitamine D
    Certaines études invoquent un manque de vitamine D de la mère pendant la grossesse comme cause contribuant à une plagiocéphalie.

Par ailleurs, il existe certains facteurs de risque augmentant la probabilité de développer une asymétrie crânienne. Ainsi, la plagiocéphalie toucherait prioritairement les premiers nés, les prématurés, les grossesse multiples, les garçons et les enfants nourris au biberon (manque de changement de position).


publicité