publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Plagiocéphalie : Les traitements

Publié par : Dorothee Gebele (17. juin 2015)

En fonction des causes de la plagiocéphalie, le traitement peut déjà commencer à la maternité. Plus une plagiocéphalie est diagnostiquée tôt, mieux sont les chances de « guérison » et de rendre à l’enfant sa forme de tête naturelle.

Selon la gravité de la plagiocéphalie, l’intervention de divers spécialistes comme un kinésithérapeute ou un ostéopathe, voire un chirurgien, peut être recommandée. Mais parallèlement aux traitements assurés par les professionnels, le rôle des parents est important.

La kinésithérapie

Elle est essentielle pour traiter un torticolis qui conduit à la plagiocéphalie s’il n’est pas traité rapidement, à savoir dès le séjour en maternité :
Afin d’éviter que la tête du bébé soit toujours appuyée sur la même zone, ce qui causerait une déformation, le kinésithérapeute assouplit les muscles provoquant la mauvaise position de la tête et tonifie les muscles opposés à la tension.

L’ostéopathie  

Réputée pour détecter les tentions corporelles afin de rétablir l’équilibre anatomique, l’ostéopathie occupe une place importante dans les traitements de la plagiocéphalie positionnelle. Car elle prend en compte l’asymétrie posturale dans son ensemble. Ainsi, l’ostéopathe peut notamment intervenir pour lever un éventuel déséquilibre crânio-musculaire.

A noter : ni l’ostéopathe, ni le kinésithérapeute ne peuvent agir sur une déformation osseuse, donc une plagiocéphalie déjà constituée.

Le traitement de repositionnement

L’ostéopathe aussi bien que le kinésithérapeute donnent des conseils de traitement positionnel et d’installation aux parents pour le suivi quotidien à la maison. Le but étant d’éviter un contact prolongé du bébé sur le dos en période d’éveil et de favoriser le développement des muscles du cou.

Le port d’une orthèse

Si la déformation crânienne est sévère et persiste après 4-5 mois malgré les interventions déjà mentionnées, une orthèse de remodelage crânien peut être mise en place afin de réorienter petit à petit la croissance des os du crâne. Le bébé portera ce casque, qui est fait sur mesure, entre 20h et 23h par jour, sur une durée de 4 mois ou plus selon la technique utilisée. Des rendez-vous de suivi réguliers permettent alors de surveiller les progrès et d’adapter le casque le cas échéant.

La chirurgie

Il est rare qu’une intervention chirurgicale soit nécessaire pour traiter une plagiocéphalie. Mais elle peut se montrer indispensable par exemple pour allonger le muscle sterno-cleido-mastoïdien lorsqu’il existe un nodule dans ce muscle essentiel pour le soutien et la rotation de la tête.


Dans son livre « Mon bébé n’aura pas la tête plate - Prévenir et traiter la plagiocéphalie »* le Dr Thierry Marck, en fonction de l’importance de la  plagiocéphalie, préconise le schéma de traitement suivant :
- De la naissance à 3 mois : traitement positionnel actif (TPA) avec coussin de latéralisation associé à un traitement kiné-ostéo d’un torticolis primaire ou secondaire.
- A 3 mois : en fonction de l’évolution : si l’amélioration n’est pas parfaite, le TPA est maintenu encore un mois (sauf si l’enfant montre des signes de gêne et d’agitation dans son coussins – auquel cas on le lui retire).
- A 4 mois : le TPA est arrêté. Si la déformation est jugée de moyenne importance, l’enfant sera revu à 5 mois. Si la déformation est importante, le traitement par casque sera proposé.

* « Mon bébé n’aura pas la tête plate - Prévenir et traiter la plagiocéphalie », Dr Bernadette de Gasquet, Dr Thierry Marck, Editions Albin Michel, 2015



publicité