publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Ronflements : L'apnée du sommeil

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (20. novembre 2014)

L’apnée signifie « arrêt de la respiration ». Lorsque les voies respiratoires sont complètement obstruées, l’air ne passe plus du tout, et la respiration se bloque pendant 5 à 10 secondes. On parle d’apnée lorsque cette durée est au minimum égale à 10 secondes.
Si ces apnées ne sont pas fréquentes, il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

Toutefois, au-delà de 5 ou 6 apnées par heure, on évoque un problème pathologique connu sous le terme de syndrome d’ apnée du sommeil.
Le déblocage se fait grâce à un mécanisme réflexe. En l’absence d’oxygène arrivant au cerveau, celui-ci par un système de stimulation complexe, provoque ce qui est appelé « micro-réveil » permettant une contraction des muscles et le passage de l’air pour respirer à nouveau.

Comment différencier le ronflement de l'apnée du sommeil ?

Lorsque le ronflement devient quotidien, fréquent tout au long du sommeil et entrecoupé de pauses respiratoires qui durent quelques secondes, ce plusieurs fois par nuit, il faut sérieusement consulter un médecin. Celui-ci pourra vous confirmer ou pas l’apnée du sommeil par enregistrement de votre sommeil.

Cela nécessite de passer un examen particulier en structure hospitalière, pendant une nuit entière et se nomme la polysomnographie. Vous devrez dormir dans une chambre où une lumière infra-rouge permet au technicien de vous surveiller. Vous serez branché à des électrodes sur les extrémités de vos doigts, sur certaines parties de votre corps, sur le crâne.

Tous vos mouvements seront enregistrés afin d’être analysés plus tard et déterminer en fonction des différents paramètres pour savoir si vous effectuez de réelles pauses respiratoires.

Les conséquences

L'apnée du sommeil est considérée comme une pathologie car ses conséquences sont importantes en termes de santé générale. D’une part les réveils partiels permettant de re-oxygéner le corps et notamment le cerveau, ne sont pas forcément conscients. C'est-à-dire que les personnes ne se rendent pas compte qu’il y a eu un réveil. Mais si cela passe inaperçu... notre organisme, lui, en souffre, et les lendemains sont douloureux !

Le sommeil n’est pas de bonne qualité, il se fait en surface, d’où ce manque de repos. Les maux de tête et/ou migraines s’invitent alors de plus en plus fréquemment chez la personne qui ronfle par apnée. La fatigue et l’envie de dormir, dues aux micro-réveils, sont de plus en plus courantes avec le risque de s’endormir réellement dans des cas extrêmes et de provoquer des accidents graves.

De plus, les personnes souffrant d’apnée du sommeil, présentent plus souvent une augmentation de la tension artérielle, ainsi que la complication de maladies cardiaques.


publicité