publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Saignement entre les règles : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (19. novembre 2014)

Le traitement des saignements entre les règles vont dépendre de la cause qui est à l'origine de ce symptôme.

Quand le ou les saignements entre les règles sont fonctionnels
Une fois que le médecin a éliminé une cause organique (une maladie), il reste la cause fonctionnelle. Cela est souvent le cas au moment de la ménopause. Tout se dérègle et des saignements anarchiques surviennent.

Au total, rien de grave... mais cela peut vous perturber dans votre vie de tous les jours. Certaines femmes sont tellement gênées qu'elles n'osent plus aller se baigner ou n'osent plus porter des vêtements clairs. Il faut savoir qu'il existe des traitements simples et efficaces pour vous aider :
> Les progestatifs : ils permettent à l'endomètre de ne plus être soumis aux oestrogènes. Ils peuvent parfois provoquer des mini-saignements, mais le taux de réussite de ce traitement dépasse les 50%. Le traitement doit durer le temps d'un cycle, du 8ème au 26ème jour, et au strict minimum 12 jours.
> Les agonistes de la LHRH sont surtout utiles en cas de fibrome au début ménopause.
> Les stérilets à la progestérone : il s'agit d'un stérilet hormonal qui diffuse un progestatif localement au contact de l'endomètre. La paroi de l'endomètre diminue et devient de plus en plus fine.

Ce traitement est efficace, avec un taux de réussite à trois mois, de 80% pour ne plus avoir de saignement entre les règles.

Il faut savoir que les trois premiers mois, vous pouvez avoir de petits saignements dus au stérilet hormonal. Cette solution doit être utilisée que si on a la certitude de ne pas être enceinte, évidemment.

Une opération
Si les traitements médicamenteux sont inefficaces, alors le gynécologue pourra vous proposer des traitements chirurgicaux. Ce sera le cas si vous êtes ménopausée ou si vous n'avez plus de désir d'enfant. Ces interventions ont pour but de réduire la muqueuse de l'utérus (l'endomètre).

> La résection de l'endomètre sous hystéroscopie : c'est le traitement chirurgical le plus efficace. On lui attribue 85 à 90% de bons résultats, à six mois. Et 60 à 85% à deux ans. Il s'agit cependant d'une technique assez difficile qui peut provoquer, comme le curetage, des complications, notamment des perforations. Choisissez bien votre praticien, si c'est la technique que vous retenez.

> Le ballonnet et la thermorégulation.
Il s'agit d'un petit ballonnet que l'on introduit dans l'utérus avant de le gonfler. Lorsqu'il tapisse bien toute la paroi de l'utérus, tout l'endomètre, on le chauffe à 87°C. Cela provoque la destruction de l'endomètre.
- Avantage : cela marche très bien : 90% de réussite à cinq ans. La technique est facile à utiliser.
- Inconvénient : la thermorégulation est encore très peu employée en France. Le matériel, à usage unique, n'est pas remboursé.

> Le curetage : il est de moins en moins pratiqué. Il est effectué avec une curette, une sorte de petite lame recourbée en forme de cupule et dont le chirurgien se sert pour gratter la paroi de l'endomètre. Le curetage est effectué sous anesthésie générale.

Quand effectuer une hystérectomie ?
C'est, évidemment, la méthode radicale : l' ablation de l'utérus. Cela peut être indiqué quand, par exemple, les saignements entre les règles sont liés à un important fibrome. Cependant, il s'agit d'une amputation définitive. L'intervention est assez lourde, mais en général les suites - si les ovaires ont été conservés - sont simples.

Si la technique est fréquemment utilisée dans les pays anglo-saxons, pour vaincre les métrorragies, les médecins français rechignent à l'employer. Ils la gardent pour les cas les plus graves.

Auteur : Sylvie Charbonnier
Expert consultant : Docteur Jean Belaisch, gynécologue, ancien président de la société française de gynécologie.


publicité