publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Un saignement entre les règles

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (19. novembre 2014)

© Jupiterimages/iStockphoto

Tout saignement en dehors des règles nécessite d'aller consulter un médecin ou un gynécologue. Même si ce n'est qu'un tout petit filet de sang. C'est le message à retenir, quel que soit son âge. Il peut s'agir d'une cause toute bête et sans gravité.

Mais il est important de pouvoir détecter une cause plus grave qui demande un traitement spécifique. Que ce saignement survienne à l'adolescence avant les premières règles, quand on est enceinte ou après la ménopause.

Tout saignement qui survient en dehors des périodes de règles correspond à une métrorragie (en terme médical). Quelle que soit son abondance. On parle de métrorragie, aussi bien pour un tout petit saignement ou des glaires sanglantes, que pour une hémorragie importante (à ne pas confondre avec les ménorragies qui sont des règles anormalement longues et abondantes).

Il est bien évident que la conduite à tenir sera différente dans un premier temps, selon que le saignement est important ou léger. Face à une hémorragie importante, il faudra agir vite. Il peut s'agir d'une urgence. Un saignement entre les règles important et régulier peut entraîner une anémie et devra donc être traité rapidement. Mais même un petit saignement doit vous amener rapidement à consulter.

En cas de saignement entre les règles, le médecin peut prescrire ou effectuer des examens. Ils sont simples, indolores (pour la plupart), et fiables. Ils sont le plus souvent effectués au cabinet du gynécologue.

> L'échographie : c'est le premier examen que vous proposera votre médecin. Soit une échographie pelvienne (sur la peau du ventre), soit une échographie par voie endovaginale (par le vagin).
Cette échographie permet de mesurer l'épaisseur de l'endomètre (la muqueuse de l'utérus). Lorsque l'endomètre est fin : tout va bien. Lorsque l'endomètre est épais de plus de 10 mm, il va falloir effectuer d'autres examens.

> L'hystéroscopie : cet examen permet d'aller voir à l'intérieur de l'utérus. Pour cela, sous anesthésie locale, le gynécologue introduit à l'intérieur de l'utérus, un endoscope (un petit instrument d'optique médicale). Ainsi, le praticien pourra vérifier la présence éventuelle de polypes, de fibromes, d'une hyperplasie de l'endomètre ou d'un cancer de l'endomètre. Des prélèvements ou des biopsies peuvent être pratiqués en même temps que l'hystéroscopie.
Attention : soyez sûre de ne pas être enceinte avant de pratiquer une hystéroscopie.


publicité