publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Saignement pendant la grossesse: Les traitements

Publié par: Dr. Nicolas Evrard (03. décembre 2014)

Les traitements d'un saignement lors de la grossesse différent bien sûr en fonction de la cause.

Ainsi, si le saignement est bénin, dû à un col de l'utérus fragilisé, par exemple, lié à une infection locale, le médecin prescrira un traitement adapté (prises d'ovules ou d'antibiotiques).

Quand un saignement survient en début de grossesse, un arrêt de la grossesse sera bien sûr évoquer.

> En cas de fausse couche, il n'y pas de traitement particulier, le gynécologue s'assure que la totalité du sac gestationnel a bien été expulsée.

> Si l'échographie ne montre pas de foetus dans l'utérus, il peut s'agir d'une grossesse extra-utérine. En général, ce type de grossesse se développe dans les trompes. Une intervention chirurgicale peut être alors nécessaire au plus vite, pour éviter que le foetus se développe et que les trompes ne se rompent. D'autres fois, un médicament (méthotrexate) peut être injecté chez la femme pour expulser le sac gestationnel.

> Si les saignements sont dus à une placenta praevia ou bas inéséré, il arrive que les choses s'arrangent d'elles mêmes avec un peu de repos. Dans 90 % des cas, en fin de grossesse, le développement du segment inférieur de l'utérus peut être tel que le placenta va remonter et s'éloigner du col. L'accouchement par voie naturelle peut alors être envisagé, sinon, la césarienne est nécessaire. Si celle-ci est retardée au maximum pour éviter que l'enfant ne naisse trop prématurément, l'apparition de saignement et le risque d' hémorragie peuvent précipiter l'intervention.

> En cas de décollement placentaire important, l'accumulation de sang entre l'utérus et le placenta peut entraîner un manque d'oxygénation du foetus, voire sa mort ainsi que des troubles de la coagulation du sang chez la maman. Une césarienne est donc de rigueur et le risque d' accouchement prématuré est important.


publicité