publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le vertige

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (28. octobre 2014)

© Jupiterimages/Stockbyte

Le vertige est un symptôme. S'il est pris de façon isolée, il n'a pas de connotation de gravité. C'est en quelque sorte un signe d'alerte au même titre que la douleur.

Le vertige est fréquent. Il est souvent défini comme une instabilité du corps par rapport à son espace environnant.

Le « vrai » vertige se définit comme la perception d'un déplacement de l'espace environnant. Il donne l'impression que la pièce tourne autour de soi. Cette perception de déplacement peut être rotatoire, latéral, de haut en bas, de bas en haut, voire d'avant en arrière ou d'arrière en avant. Il peut être perçu comme un tangage et entraîne un déséquilibre du corps. Il peut être associé à une instabilité plus marquée à la marche, à la station debout et à la fermeture des yeux. Un nystagmus (mouvements involontaires des yeux) uni ou bilatéral, selon l'origine du vertige, est souvent associé.

Il ne faut pas le confondre avec la sensation de vertige (ou « faux » vertige), qui correspond plutôt à un inconfort, une sensation ébrieuse, une sensation de corps instable, apparaissant à la station debout et aggravée par le mouvement. C'est typiquement le malaise vagal (ou lipothymie) qui s'accompagne d'un brouillard visuel et d' acouphènes (sensation de bourdonnement ou de sifflement dans l'oreille).

Le vertige peut être dû à une atteinte du système vestibulaire (oreille interne) ou neurologique, d'origine infectieuse, vasculaire, tumorale, etc.

Le système vestibulaire a pour fonction de participer à la stabilisation du corps dans son espace environnant. Il se trouve dans l'oreille interne, elle-même située dans l' os temporal du crâne. Il est formé par différentes structures dont les canaux semi-circulaires. Ceux-ci permettent d'informer le système nerveux central des changements de position de la tête.

De nombreux autres éléments interviennent dans la stabilisation du corps : les yeux qui donnent une information visuelle de l'environnement ; les structures nerveuses centrales dont le cervelet très impliqué dans l'équilibre du corps ; la moelle épinière qui envoie des informations à tous les muscles pour qu'ils s'adaptent aux changements de position du corps (par exemple à la marche).


publicité