publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La communication non violente (la CNV) : Avec adultes et enfants

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (21. mai 2014)

La communication non violente avec des adultes

La communication non violente (CNV) avec des adultes, se déroule comment ? Le but de la communication non violente est d'arriver à un compromis satisfaisant pour les deux parties. Si vous ou votre interlocuteur, donnez l'impression de ne pas avoir été écouté/entendu, c'est que la communication non violente n'aura pas été bénéfique.

L'agressivité, par le biais de paroles blessantes ou par le ton, doit être bannie. En situation de crise, plus que jamais, la communication non violente aide à résoudre les conflits.

Votre interlocuteur n'est pas réceptif à la CNV ? Raison de plus pour pratiquer encore plus ardemment la communication non violente. Il faut simplement être vigilant à ne pas surenchérir ou succomber à l'émotionnel dans le cadre professionnel, ou au chantage affectif ou à la manipulation dans le cadre personnel.

Si vous êtes amené à dénoncer un contrat non avantageux pour les deux parties, ne tombez pas dans l'affectif : « Je ne pensais pas que « toi » tu pourrais me faire ça alors que j'ai tant donné ». Essayez plutôt : « Les points 2 et 3 du paragraphe 6 ne correspondent pas à ce qui était initialement prévu. Il faudrait que nous puissions en reparler et éventuellement refondre les textes là où c'est nécessaire ».

La communication non violente avec des enfants

Il n'est pas facile de garder constamment en mémoire que les enfants sont les futurs adultes. Pourtant, la communication non violente devrait être obligatoire lorsque l'on s'adresse à eux.

Attention à ne pas confondre la communication non violente et absence d'autorité ou refus d'obéissance de leur part.

Il est important de rester factuel, de ne pas partir dans une dérive moralisatrice. « Mange ou tu seras privé de dessert » ou « va dormir pour me faire plaisir » est une très mauvaise idée pour inciter votre enfant à suivre votre demande. Evitez de le menacer ou de le manipuler. Prenez plutôt le temps de lui expliquer : si tu ne manges pas, tu ne pourras pas prendre des forces et t'amuser comme tu le voudrais.

A lire aussi : 
> Violence à l'école : pourquoi les enfants sont violents ?
> Langage du corps : la signification des gestes
> Quand emmener son enfant chez le psy ?



publicité