publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La communication non violente (la CNV)

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (21. mai 2014)

Mise en place par un Américain : Marshall Rosenberg dans les années 60, la CNV ou Communication Non Violente est une forme d'échange qui prône le calme, la douceur, la compréhension de l'autre et l'empathie.

La communication non violente constitue avec l'écoute active, une communication qui aide à résoudre les tensions, les conflits... Pour pratiquer la communication non violente, cela nécessite tout d'abord d'être en paix avec soi-même, ne pas avoir de préjugés...

Qui est concerné par la communication non violente ?

Dès lors où l'être humain communique, il est concerné par la communication non violente. Dans un monde hypothétiquement idéal, toute forme d'échange d'informations, de dialogue, devrait être basée sur la CNV.

Les microcosmes, comme les entreprises, quel que soit le nombre de salariés, les associations, les personnels des maisons de retraite, des hôpitaux, les milieux scolaires, universitaires ainsi que la famille (couple, enfants) sont ciblés par la communication non violente.

La CNV en pratique

Il s'agit de mettre en place des outils de communication en adéquation avec l'interlocuteur. Ils ne sont pas les mêmes si l'on s'adresse à son supérieur hiérarchique ou à son conjoint, ou à son enfant.

La communication non violente n'exige pas que l'on se greffe un sourire de façon caricaturale, qu'on adopte un ton mielleux et que l'on soit dans l'incapacité de répondre par la négative ou d'imposer ses idées.

Ce qu'il faut retenir, c'est l'idée générale d'éviter de braquer son interlocuteur. Il faut l'amener à un échange d'égal à égal, que cela soit ressenti comme une coopération sans gagnant et/ou perdant.

 

Auteur : Ladane Azernour Bonnefoy
Consultant expert : Dr Christine Radel, psychiatre.



publicité