publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Anorexie, boulimie : s’en sortir grâce au web ? : L’accompagnement par un e-médecin

Publié par : Elide Achille (26. août 2014)

Si le soutien auprès d’e-patientes est facile à trouver, l’accompagnement par un e-médecin spécialiste est moins évident à solliciter. Comme le souligne le rapport Anamia, les " énergies positives " du net devraient être " exploitées par les professionnels et les systèmes de santé de manière créative, afin d'améliorer, enrichir et étendre la prise en charge ". Où en est-on aujourd’hui ? L’e-santé en matière de TCA est-elle suffisamment développée ? Voici l’avis du Dr Virginie Saint-Felix, pédopsychiatre*.

> Les discussions en ligne
Communément appelés « chat », les discussions en ligne sont l’occasion de poser des questions à un ou plusieurs professionnels de santé. À un horaire défini à l’avance, ces derniers répondent - en direct - aux questions émanant des internautes, sur une plateforme de chat (ou chat room) ou sur Twitter.

Où ? Malgré les demandes des e-patients, ces chats restent assez rares et se cantonnent aux sites de santé généralistes tels que Santé AZ, psychologies.com... Aucun n’est relayé, ni initié, par les associations de patients souffrant de TCA.

L'avis de la pédopsy

Les discussions « en ligne » présentent l’avantage d’une interactivité rapide et plurielle. Ils permettent à la fois l’immersion sensorielle, l’interactivité intensive et la présence d’un corps réel au-delà de l’image. C’est aussi l’occasion, pour nous professionnels, de faire la psycho-éducation sur la maladie, une composante primordiale de la prise en charge.

> Les conseils médicaux en ligne
Grâce aux avancées de la e-santé, il est désormais possible d’obtenir des conseils personnalisés en ligne auprès d’un professionnel de santé. Leurs formes sont variables : mail, vidéo (type Skype) ou messagerie instantanée sur smartphone, etc.

Où ? France Médecin est un exemple de plateforme accessible depuis chez soi, facilitant la mise en relation entre médecins et internautes. Mais si le format s’en rapproche, il ne s’agit pas encore de véritables consultations !

L'avis de la pedopsy
La télémédecine ne peut remplacer un entretien clinique en tête à tête, mais elle peut faciliter la démarche de soins. Car les patientes souffrant d’anorexie et/ou de boulimie sont souvent paralysées par la honte et tardent à demander directement des soins. C’est un moyen de préserver l'anonymat, de dire les choses tout en restant cachée derrière son écran, sans se sentir trop honteuse.

> Les programmes de soutien thérapeutique

Tenus et élaborés par des professionnels de santé, ces programmes de soutien thérapeutique dispensés via internet commencent à voir le jour. À la manière des programmes de coaching, ils accompagnent le patient vers une meilleure gestion comportementale de ses troubles. Au moyen d’exercices, de carnets alimentaires, de conseils, etc.

Où ? Le seul répertorié à ce jour est le programme européen Salut (http://www2.salut-ed.org/index.jsp) utilisé par le CHRU de Montpellier dans la prise en charge de la boulimie. L'efficacité du programme (en complément d’une prise en charge clinique) a été évaluée lors d'études randomisées et contrôlées en Suède, en Espagne, en Suisse (version française) et en Allemagne.

L'avis de la pedopsy

Les échanges via le web ont toute leur place, notamment au début de la démarche de soin : lorsque l'alliance thérapeutique n'est pas encore installée, ou quand les patientes sont encore à un stade "contemplatif" de motivation au changement. Des professionnels pourraient ainsi donner des informations réalistes sur la maladie, déculpabiliser les patientes, les aider à dépasser l'ambivalence pour accepter de changer leur situation... dans une attitude de compréhension exempte de tout jugement.

* Elle est aussi l'auteur d'une thèse sur l'usage d'internet dans les Troubles du Comportement Alimentaire.



publicité