publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Autisme : pour une meilleure prise en charge : Les conseils de l'expert

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (08. septembre 2011)

Interview de Danièle Langloys, présidente d'Autisme France. Elle donne plein de conseils...

Existe-t-il différents degrés d'autisme ?
La forme considérée comme la plus sévère de l’ autisme est l’autisme de Kanner (du nom du psychiatre Léo Kanner). Les personnes atteintes de cette forme d’autisme présentent, en plus de leurs troubles autistiques, des déficiences mentales pour 70% d'entre elles. On estime que 30% des personnes autistes sont des autistes Kanner.
Quant aux personnes dites Asperger, elles représenteraient 15 à 20% des personnes autistes. On pense que la majorité des personnes autistes sont atteintes de troubles envahissant du développement.
Ces chiffres sont des estimations, car très peu d’études ont été réalisées pour recenser les personnes autistes.

Les personnes autistes peuvent-elles avoir une vie " presque " normale, en travaillant et en étant autonomes ?
Cela dépend de leur niveau intellectuel. C’est plus évident pour une personne autiste ne souffrant pas de déficiences, puisqu’elle peut plus facilement se développer et apprendre. En revanche, l’autisme reste un handicap sévère qui peut entraîner un comportement stéréotypé, comme des difficultés à communiquer, un repli sur soi qui peuvent-être mal perçus dans le milieu professionnel. Le peu de personnes autistes qui ont des diplômes trouvent difficilement du travail, car malgré leur réussite, elles ont quand même besoin d’un accompagnement pour comprendre leur environnement social. Si un soutien était mis en place dans les entreprises, la situation serait différente.

Quelles sont les solutions optimales pour prendre en charge des personnes autistes ?
Il faut tout d'abord qu'un diagnostic soit posé... et ce n’est pas toujours le cas. Il est souvent erroné ou n’est pas donné. Il est important d'avoir un diagnostic précoce. Vraisemblablement 95% des adultes autistes n’ont pas eu de diagnostic.
Une fois le diagnostic posé, l’accompagnement éducatif doit commencer très tôt, dès 2 ans, voire même 18 mois. C’est en s’y prenant tôt et de manière efficace qu’on a le plus de chances de canaliser et limiter les troubles. Les personnes autistes ont besoin d’un accompagnement éducatif et social tout au long de leur vie. Cependant, les personnes autistes sont toutes différentes, il faut donc adapter le projet d’accompagnement à la personne, et le réévaluer si cela est nécessaire.

En pratique, quels conseils donner aux parents d'un enfant autiste ?
Il est d’abord important que la famille collabore aux projets mis en place par les professionnels dans la mesure de leurs possibilités et avec une guidance. S’il n’y a pas de cohérence entre l'éducation donnée dans un service ou un établissement, et à la maison, l’enfant autiste sera perdu et ne pourra pas évoluer. Pour cela, il est important d’informer et de former les familles, de les aider et de les accompagner.

Et vis-à-vis de leur espace ou de la notion du temps ?
Il est important de structurer l’espace et le temps, car l’enfant autiste ne sait pas le faire. Il faut développer pour beaucoup les outils de communication visuelle et les généraliser, car les personnes autistes ont une perception des choses qui sélectionne les détails. Il est également nécessaire de leur donner des outils de socialisation pour leur apprendre les codes sociaux. Par exemple, comment réagir face à des situations quotidiennes qui peuvent être sources d’ angoisse ?
Il pourrait être intéressant de créer des banques d'images par le biais desquelles on pourrait se procurer des vidéos mettant en scène des scénarii sociaux pour montrer aux personnes atteintes de troubles autistiques, comment réagir. Le visuel est un bon support de travail.

Sources et notes

- Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, 3ème plan Autisme 2013-2017

- Haute Autorité de Santé, Autisme, Questions / Re´ponses HAS - ANESM 08 mars 2012.

Danièle Langloys, Présidente d'Autisme France - DR©

Danièle Langloys, Présidente d'Autisme France - DR©



publicité