publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Autisme : le témoignage d’Eglantine Eméyé, une maman engagée : La prise en charge des enfants autistes

Publié par : Elide Achille (01. avril 2014)

Suite de l'interview d'Eglantine Eméyé, présentatrice télé et mère d'un enfant souffrant d'autisme.

Pour une meilleure prise en charge des enfants autistes, quelles mesures urgentes demandez-vous ?
Eglantine Eméyé : Tout d’abord, le diagnostic précoce est fondamental car de nombreuses études ont prouvées que la rééducation est d’autant plus efficace qu’elle est mise en œuvre le plus tôt possible. Il faut également favoriser la prise en charge intensive, en effet on ne propose à beaucoup trop d’enfants autistes qu’une ou 2 heures de rééducation par semaine, ce qui est très insuffisant.
Le milieu scolaire classique doit de façon urgente et radicale se former et s’ouvrir à la présence d’enfants autistes dans chaque classe et faciliter leur participation aux activités extra scolaires. Evidemment, la création de nouvelles structures pour enfants, adolescents et adultes autistes avec un personnel formé aux nouvelles méthodes et une aide financière adaptée afin que chacun puisse y accéder.

Il existe certains désaccords sur la prise en charge des personnes souffrant d'autisme. Quelle est votre opinion sur ce sujet ?

E. E. : Certains professionnels sont réfractaires à certaines méthodes comportementales ou actes médicaux dans le cadre de la prise en charge des personnes autistes. Hors, selon moi, il ne faut exclure aucune méthode du moment qu’elle fait progresser ou qu’elle soulage l’enfant. Il faut davantage traiter les enfants au cas par cas, car chaque personne autiste a ses propres besoins et ses propres difficultés auxquelles une seule méthode exclusive appliquée à tous ne peut suffire.

On parle peu des personnes autistes une fois devenus adultes, comme si elles n'existaient plus...

E. E. : La plupart des adultes autistes sont isolés soit à leur domicile soit hospitalisés au long cours dans des services souvent inadaptés à leur handicap. A l’avenir, il faut absolument que le gouvernement s’attache à favoriser l’inclusion sociale et professionnelle des personnes autistes comme c’est déjà le cas dans de nombreux pays. Il faut également développer des formules de logements adaptés. Avec de telles mesures, nous avons l’espoir que nos enfants autistes feront partie intégrante de la société de demain...

Pour en savoir plus sur l'association, allez sur son site :
> Un pas pour la vie.

Voici un extrait du documentaire Mon fils, un si long combat, diffusé en janvier 2013, témoignage de la vie d'Eglantine avec son fils Samy...

Sources et notes
- Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, 3ème plan Autisme 2013-2017
- Haute Autorité de Santé, Autisme, Questions / Re´ponses HAS - ANESM 08 mars 2012.



publicité