publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Autisme : le témoignage d’Eglantine Eméyé, une maman engagée : Une association dédiée à l’autisme

Publié par : Elide Achille (01. avril 2014)

Suite de l'interview d'Eglantine Eméyé, présentatrice télé et mère d'un enfant souffrant d'autisme. Elle explique les motivations qui l'ont poussée à participer à la création de l'association "Un pas vers la vie", dont elle est présidente...

Pourquoi avoir fondé une association dédiée à l'autisme ?
Eglantine Eméyé : J’ai décidé de créer une association pour sortir mon fils ainsi que d’autres enfants de l’isolement, et pour créer une structure d’accueil et d’accompagnement où ils pouvaient bénéficier d’une prise en charge de qualité et en effectifs réduits. En effet, seul un petit nombre de structures expérimentales existent sur Paris, et il y a bien entendu très peu de place. L’association a également pour but d’apporter un soutien financier aux familles car ce type de prise en charge est très onéreuse. Nous sommes également en train de développer une structure de droit au répit pour les familles.

Quelle est la différence avec les autres associations ?
E. E. : Nous avons pour but de promouvoir les méthodes comportementales comme la méthode ABA afin que les enfants travaillent avec des professionnels formés et toujours en séances individuelles, ce qui leur permet d’avoir un programme adapté et d’évoluer à leur propre rythme. Nous sommes aussi ouverts à toutes méthodes complémentaires qui ont fait leurs preuves dans d’autres pays et nous encourageons la formation de professionnels et de bénévoles à ces nouvelles approches.

L’association accompagne les enfants dans leur scolarisation en milieu ordinaire lorsque cela est possible. De plus, contrairement à d’autres associations, nous organisons des activités sportives et de loisirs en dehors des temps scolaires.

Quel est votre avis sur le Plan Autisme ? Les pouvoirs publics en font-ils suffisamment ?

E. E. : Le Plan Autisme qui a pour but - entre autres - d’augmenter la création de places pour les enfants et adultes autistes, de favoriser le diagnostic précoce ou encore d’encourager l’information et la formation de professionnels du secteur médico-social, semble en théorie répondre aux besoins et aux attentes des familles.

Cependant, en pratique, la réalité est malheureusement souvent assez éloignée de toutes ces mesures et les parents confrontés à l’autisme restent livrés à eux-mêmes dans une société où ils doivent se battre aussi bien pour la prise en charge, la scolarisation, et la rééducation de leurs enfants que pour obtenir des aides financières.

Eglantine Eméyré et son fils Samy © Ch.Lartige/CL2P/WPA

Eglantine Eméyré et son fils Samy © Ch.Lartige/CL2P/WPA



publicité