publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Mon enfant est stressé ! : Stress de l'enfant et l'école

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (15. mai 2014)

Suite de l'interview avec le Dr Patrice Huerre, pédopsychiatre et psychanalyste. Il détaille les facteurs de stress chez l'enfant et en particulier ceux liés à l'école...

> Un conseil à donner aux parents stressés?
Dr Patrice Huerre : Vous pouvez être stressé, mais dites bien « je suis stressé » et non pas « oh la la, comme tu es stressé » ! Il faut revendiquer le stress en son nom afin d'éviter que l’enfant soit englobé dans le stress des parents : "Je suis très stressé par ce qui va t’arriver, mais tu n’es pas obligé de l’être. Toi, je te fais confiance dans ta capacité à te débrouiller". C’est mon stress, et ce n’est pas forcément le stress commun. C’est un préalable. Que l’enfant ne se sente pas obligé de partager tout ce qui ne le concerne pas.

> L'école peut-elle être un facteur de stress pour l'enfant ?
Dr P. H. : Sans aucun doute. On voit des parents qui racontent que leur enfant a changé complètement, qu’il est tendu, énervé, qu’il ne peut plus dormir le soir... Et ce n’est que quelques mois plus tard qu’il finira par dire qu’il se sent sous pression à l’école, qu’il se sent mal avec cette institutrice ou cet instituteur, etc. Avant que l'enfant ne puisse faire un lien, il peut se passer un long moment. Donc ça vaut le coup de faire un point, d’aller voir ce qu’il se passe à l’école. Et plus l’enfant grandit, plus il faudra faire le tour des adultes qui le rencontrent, qu'il s'agisse du prof principal ou du prof de guitare, partager les regards pour voir si le stress est diffus ou localisé.

> Les enfants sont-ils plus stressés actuellement ?
Dr P. H. : Oui ! Parce qu’il y a plus d’ angoisses chez nos contemporains adultes ! Les parents veulent très bien faire. Parce qu’ils ont investi énormément leur enfant depuis qu’ils ont choisi d’en avoir, depuis l’avènement de la contraception. Un investissement qui doit donner lieu à un retour sur investissement et donc à une forte pression exercée sur l’enfant. Qui l’expose à plus de stress que les générations précédentes. Les enfants sont comme chargés de mission de réussir ce que les parents n’ont pas réussi, autour des enjeux scolaires en particulier. Il faut aider les parents à relativiser.

> Comment faire pour éduquer son enfant sans le stresser ?
Dr P. H. : Ce n’est pas en mettant une pression maximale que leur enfant fera le mieux. Il y a d’autres manières de stimuler la curiosité et l’intelligence. En jouant, en racontant des histoires, en les informant du monde, en partageant avec eux ce qu’on éprouve face à un paysage, face à une histoire, face à une musique, tout ces éléments qui font partie de la vie et qui vont donner envie d’apprendre.



publicité