publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

J’ai été un homme violent : Le témoignage d'un homme

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. septembre 2011)

Frédéric Matweis apporte son témoignage d’homme violent (A lire : "Il y avait un monstre en moi", Editions Michalon).

Pourquoi avoir décidé d'écrire ce livre ?
Pour passer un message d’espérance, la violence n’est pas une fatalité pour les victimes et les coupables hommes ou femmes. Il y a forcément une issue et si tout simplement, notre histoire au travers du livre, peut aider toute personne qui se sent concernée de près ou de loin par le sujet, alors c’est gagné.

N'est-ce pour vous racheter une conscience ?
Non absolument pas. J’ai pris conscience de mes actes le jour où tout a basculé, ce livre est un témoignage d’espoir.

Savez-vous comment vous venait votre envie de frapper ?
C’était souvent des situations qui trouvaient écho en moi. Même les plus futiles. Pas forcément en relation avec ma compagne, mais une phrase, une déception, une frustration, une réaction que je n’attendais pas, tout cela déclenchait une véritable bouffée de violence en moi que je ne contrôlais plus. J’en étais devenu dépendant tel un drogué qui a besoin de sa dose.

Sabrina, votre ex-compagne prend toujours une grande place dans votre vie...
Oui, car Sabrina est la mère de mes filles et nous avons une histoire commune quoi qu’il arrive. J’ai la garde de mes filles que j’accompagne pratiquement tous les dimanches chez elle, afin qu’elles se voient. Cela nous permet de nous parler dans un contexte de paix qui n’a plus rien à voir avec notre vie d’avant. Sabrina m’a même aidé à me remémorer des scènes dures que ma mémoire occultait pour l’écriture de ce livre.

Vous n'avez jamais été violent envers vos enfants ?
Il n’y avait pas de violence directe, mais elles ont entendu, ou assisté à tellement de scènes qu’elles en ont été affectées. Je ne peux l’ignorer.
En revanche, je n’ai jamais eu de violence directe envers elles. A l’annonce de l’arrivée de notre première fille, nous avons posé d’un commun accord, un pacte entre nous, qui est resté très fort : de ne pas être violents avec nos enfants comme on a pu connaître cela dans notre histoire familiale. Parfois, lorsque je commençais à m’emporter et que je croisais le regard de mes filles, la terreur que je lisais dans leurs yeux et leurs visages effrayés, me faisaient immédiatement arrêter.

Frédéric Matweis - DR©

Frédéric Matweis - DR©



publicité