publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Stress au travail : se faire aider par les personnes et instances compétentes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (25. février 2016)

Lorsque le stress au travail commence à peser, il ne faut pas rester seul, mais trouver les (bons) interlocuteurs à qui parler pour trouver de l'aide. A commencer par :

- le responsable hiérarchique : en principe, chaque année un entretien individuel est obligatoire. Cela peut être une bonne occasion pour discuter de vos difficultés, mais il est inutile d'attendre plusieurs semaines avant d'aborder le sujet.

- le délégué du personnel ou encore le CHSCT (Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) : un CHSCT est mis en place dans les entreprises de plus de 50 salariés. Ce comité est constitué au moins d'un membre de la direction, de représentants du personnel, du médecin du travail.

- le médecin du travail : tout salarié peut, quand il le désire, aller le voir. Comme tout médecin, il est couvert par le secret médical.
  >> A lire aussi notre interview du médecin du travail !

- Sachez enfin que dans beaucoup de gros centres hospitaliers (CHU), il existe désormais une consultation de souffrance au travail dans les services de maladies professionnelles.

Que dit la loi ? 

Pour tenter de mieux résoudre les problèmes de stress dans les entreprises, un accord interprofessionnel sur le stress au travail de 2008 a été signé par les partenaires sociaux. Il propose des indicateurs pour évaluer et dépister le stress au travail, ainsi qu'un cadre pour le prévenir. Cet accord a été étendu par un arrêté ministériel en avril 2009, ce qui lui donne valeur réglementaire donc obligatoire pour toutes les entreprises.

Par ailleurs, le stress est considéré comme une manifestation des RPS (risques psychosociaux) : d'après le code du travail, l'employeur a obligation légale d’évaluer les risques et de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés. Ce qui implique donc de prendre en compte le stress au travail. 

Dans la notion de RPS sont regroupés principalement : le stress, l’épuisement professionnel ou « burnout », la souffrance au travail, les relations sociales de travail vécues difficilement et objectivement difficiles, le management et l’organisation du travail négligeant le facteur humain, la violence et les différentes formes de harcèlement moral et sexuel.

Le CHSCT et le médecin du travail jouent un rôle important pour s'assurer que l'entreprise honore cette obligation.

En dehors du travail 

Il n'est faut pas oublier que le travail n'est pas tout ! Il existe à côté du travail, une autre vie... qu'il ne faut pas négliger et sur laquelle chacun peut réellement s'appuyer. Les loisirs, les sorties, les activités sportives ne doivent pas être considérés comme de simples "dérivatifs". Ils peuvent être une aide majeure pour traverser une période professionnelle difficile. 

Par exemple faire du sport régulièrement pour évacuer la tension et faire le vide dans la tête permet de se sentir mieux dans son corps - et dans sa tête. C'est aussi le moment de se réinvestir dans des petits plaisirs... qui comptent tant !

Et surtout : il est essentiel de bien s'entourer, de se retrouver en famille, avec des amis. Vous pourrez parler de vos problèmes, prendre des conseils, mais aussi retrouver des instants de complicité si importants dans ces circonstances.

L'aide d'une psychothérapie. Quand il existe une réelle souffrance par rapport au stress, l'avis d'un psychologue, voire d'un psychiatre peut être utile. Par exemple, une thérapie comportementale et cognitive peut apporter des solutions concrètes en cas de difficultés au travail. Elle agit sur les pensées et comportements qui gênent et qui peuvent être sources de stress.



publicité