publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Stress au travail : les conseils de l'expert

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (25. février 2016)

Interview du Dr Serge Marquis, spécialiste en santé communautaire et consultant dans le domaine de la santé mentale au travail. Il est l'auteur du livre "On est foutu, on pense trop", éditions de La Martinière.

Qu'est-ce que le stress ?

Le stress est une réaction biologique de notre corps face aux menaces extérieures. Une réaction qui nous a permis de survivre depuis la nuit des temps. Cela provoque la sécrétion d’hormones et de médiateurs chimiques qui nous permettaient de réagir vite, de fuir ou de nous défendre... Aujourd’hui, nous vivons heureusement dans un environnement très différent, mais ce type de réaction existe encore et peut être déclenchée même par des menaces qui ne mettent pas en danger notre vie, mais juste notre ego. C’est la survie de notre image qui est menacée.

Ainsi, on a la même réaction à un froncement de sourcil des autres, que nos ancêtres avaient quand ils entendaient un rugissement... Et au final les sécrétions d’hormones et de médiateurs chimiques ne vont pas servir à fuir ou nous défendre. Ces substances sécrétées en quantités importantes risquent de dérégler notre système immunitaire, et au final notre santé...

Est-il possible d'apprivoiser le stress ?

Aujourd’hui, notre plus grande source de stress est cette voix que nous avons dans la tête, ces pensées qui occupent notre esprit toute la journée : jugements, regrets, soucis... C’est comme s’il s’agissait d’un « hamster pensouillard » en train de courir sur sa roue et de répéter des pensées négatives en boucle. Comment maîtriser cette réaction et débrancher la roulette du hamster ? Il est tout à fait possible de s’entraîner à « calmer la bête » avant que la réaction de stress ne se déclenche.

Le secret est dans la vigilance : l’attention ne peut pas être en deux endroits en même temps. Le cerveau privilégie de mettre l’attention sur ce qu’il perçoit comme une menace pour notre ego. Il faut développer la vigilance, pour comprendre où est notre attention et la ramener dans le moment présent. Pour y arriver il faut s’entraîner avec beaucoup de discipline. Loin d’être une contrainte à la liberté, la discipline nous permet de mettre en place des habitudes pour faire que la voix dans notre tête se taise.

Pourriez-vous donner des pistes d'action pour calmer nos angoisses intérieures?

Afin d’apprivoiser le « hamster pensouillard », il faut bouger notre attention sur quelque chose d’autre que cette voix qui parle dans notre tête. Une technique possible est d’apprendre à placer son attention sur la respiration, en se concentrant sur la sensation de l’air qui entre par le nez et gonfle notre abdomen. Cela déclenche une réaction physique, agit sur le diaphragme, stimule le système nerveux parasympathique. Celui-ci envoie alors au cerveau le message de stopper les hormones du stress.

En vous entraînant à placer votre attention sur la respiration, vous allez mettre en place de nouveaux réflexes. Des synapses vont s’activer dans votre cerveau, qui vous permettront de recentrer votre attention et favoriser le calme dans toutes sortes de circonstances. Cette vigilance permet de ne pas être piège de l’ego.

Comment retrouver du plaisir et du sens dans la vie professionnelle de tous les jours ?

Cela fait 30 ans que je soigne de personnes qui ont craqué au travail. Quand elles arrivent dans mon bureau, elles sont vidées, épuisées. Elles prononcent souvent cette phrase : « je ne sais plus qui je suis. Je ne sais plus où je vais ». Le burn-out professionnel touche donc à la question de l’identité. Il est alors important de se reconnecter avec les ressources qu’on a à l’intérieur de nous, en commençant par l’estime de soi, et de tracer une direction, en envisageant des résultats.

Il est important d’identifier quelle est la peur qui déclenche la réaction de stress. Qu’est qu’il fait qu’on se sent menacé. Dans le domaine professionnel, il nous arrive souvent de devoir gérer es situations de stress dans les rapports avec nos supérieurs ou nos collègues. Le conflit nait quand l’ego cherche à « gagner », à prévaloir sur l’autre. Mais plutôt qu’être dans le conflit, il faudrait communiquer. Se concentrer sur ce qui est semblable dans les opinions au lieu de chercher ce qui est différent. Et quand on arrive à l’analyse des divergences, il faudrait savoir apprendre quelque chose de l’autre, plutôt que vouloir détruire à tout prix son point de vue, pour que notre ego gagne.

Dr Serge Marquis

Dr Serge Marquis, spécialiste en santé communautaire et consultant dans le domaine de la santé mentale au travail. Il est l'auteur du livre "On est foutu, on pense trop", éditions de La Martinière.

 

A lire aussi nos dossiers :

> La confiance en soi, ça s'apprend
> Vaincre ses angoisses, phobies et anxiétés !
> Dépression : comment en sortir ?
> Trous de mémoire : quand s'inquiéter ?



publicité