publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le calvaire de l'hyperphagie : le témoignage de Laetitia

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (17. février 2016)

Laetitia, 25 ans, maman de 3 enfants. Son témoignage...

> Quand avez-vous commencé à manger sans pouvoir vous arrêter ?

J’ai eu une enfance pas facile. Des attouchements par mon beau-père... Un père aimant et qui me soutenait, mais qui travaillait beaucoup. Une belle-mère qui me haïssait.

Jusqu'à mes 15 ans, j'étais une fille grande et maigre. Je pesais 47 kg pour 1m70. Puis on m’a envoyé chez ma mamie pour cause de mauvaise entente avec ma belle-mère. Je suis tombée dans une profonde dépression et c’est là qu’a commencé, je pense, le début de ma maladie. En deux mois, j'ai pris 15 kg, je suis passée de 47 kg à... 61 kg.

> Est-ce que vous avez essayé de perdre du poids ?

Non. Ça a même empiré. Une fois le bac en poche, je n’ai pas fait d’études. J'ai voulu voler de mes propres ailes. J’ai commencé à travailler dans une chaîne de restauration rapide très connue. Cela a contribué à ma rechute. J'y mangeais midi et soir. Je mangeais en dehors des heures de repas : des glaces, des gâteaux au chocolat. Je ne me nourrissais plus de légumes. Et puis, au fil du temps, je me suis mise à acheter des « cochonneries ».
En 2005, je suis tombée enceinte de mon premier enfant. J'ai pris 17 kg que je n'ai pas reperdu. J'ai continué à manger. J'étais déjà dans une profonde dépression, je me sentais mal avec le papa, je n'aimais pas faire l'amour, je ne m'épanouissais dans rien, ma fille était la seule personne qui me raccrochait à la vie.

> Comment êtes-vous actuellement ?

En 2007, j’ai repris 22 kg après une nouvelle grossesse et je suis arrivée à 102 kg ! En mars 2009, j'ai décidé de maigrir, j'ai réappris à manger sainement. J'ai perdu 17 kg en deux mois, et en mai 2009, j’apprends que je suis à nouveau enceinte. Je ne peux et ne veux pas avorter, car je veux ce bébé. Au début de ma grossesse, je pesais 85 kg, à la fin 95 kg. Depuis, c'est le bonheur de les avoir tous les trois. Avec mon conjoint, ça va beaucoup mieux. Mais mon enfance a gâché ma vie.
Actuellement, je suis incapable de rester une heure sans manger quelque chose. A chaque fois je me sens coupable, très mal, c'est horrible et je me dit que demain j’arrête. J’essaie... mais je n’y arrive pas.

> Pourriez-vous donner un exemple de journée type ?

Au lever, je bois un énorme café au lait avec 5 ou 6 tartines de pain beurré, sans faim aucune. J’ai juste besoin d'engloutir. Après avoir déposé les enfants à l’école, je mange un paquet de gâteaux, du thé très sucré. Quand ma grande revient de l’école à 11 h 20, je fais manger normalement les enfants, et moi je continue sur ma lancée : chips, gâteaux, thé, et de vraies « cochonneries » toute la journée. J’ai préparé un fondant au chocolat pour 8 personnes et j’en ai mangé la moitié. Au dîner, je mange avec les autres, des pommes de terre, du steak et encore des gâteaux. Je passe mes journées à manger.

> Qu'envisagez-vous de faire ?
J’ai toujours su que quelque chose n’allait pas, depuis que j’ai 18 ans, mais j’ai toujours ignoré cela. Mais je ne me sens pas encore prête à en parler à un psychologue. J’ai déjà fait un pas en racontant à mes frères ce que j'ai eu comme soucis dans ma petite enfance. Mes copines sur les forums m’aident beaucoup aussi. Et témoigner comme ça, même anonymement, m’aide à réaliser ce qu’il s’est vraiment passé.



publicité