publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Témoignages : le calvaire de l'hyperphagie: Les conseils du médecin spécialiste

Publié par: Clémentine Fitaire (11. octobre 2011)

Entretien avec le Dr Gérard Apfeldorfer, psychiatre et psychothérapeute. Il donne plein d'informations et de conseils sur l'hyperphagie...

> Quelle est la différence entre la boulimie et l'hyperphagie ?

La définition n’est pas exactement la même. Le nom exact de l’ hyperphagie est l'« hyperphagie boulimique ». Dans les deux cas, il y a une perte de contrôle de son alimentation : on mange de grosses quantités d’aliments souvent gras et sucrés, dans un temps minimal. La différence entre l'hyperphagie boulimique et la boulimie, réside dans le fait que les boulimiques classiques utilisent des méthodes de contrôle de poids dont la plus connue est le vomissement. D’autres utilisent des laxatifs, ou des alternances entre les périodes boulimiques et les jeûnes où ces personnes ne mangent plus rien pour « éponger ». Elles font du sport de façon frénétique pour éliminer.
Pour schématiser, les hyperphages ne se font pas vomir et on souvent des problèmes de poids.

> Pensez-vous que l'obsession de vouloir manger léger à tout prix, puisse être à l'origine de l'hyperphagie boulimique ?

Si l’on prend en compte uniquement le souci du poids, il finit par aboutir à une restriction : on doit éliminer un certain nombre d’aliments qui sont grossissants. Le résultat est d’écarter toute une série d’aliments qu’on aime bien et qui deviennent de plus en plus désirables. Cela aboutit à ce qu’on appelle la « restriction cognitive », laquelle, à un stade avancé, conduit certaines personnes à être au régime, à perdre le contrôle et à avoir de la boulimie/hyperphagie.

> L'hyperphagie est-elle un trouble typiquement féminin ?

Si la boulimie est majoritairement féminine, l’hyperphagie boulimique est mixte. Les hommes eux aussi mangent goulûment en perdant le contrôle, mais semblent moins enclins à se faire vomir. Jusqu’à présent, les considérations esthétiques étaient moins préoccupantes pour les hommes, mais cela semble être en train de changer : les hommes sont en train de devenir des femmes comme les autres !

> Peut-on espérer se sortir de l'hyperphagie ?

Oui, on peut se sortir de la boulimie et de l’hyperphagie avec un traitement adéquat et mixte. Il y a en effet deux volets importants. D’une part, il s’agit d’un travail sur le comportement alimentaire, destiné à se réconcilier avec tous les aliments qu’on aime, manger sans culpabilité, retrouver ses sensations alimentaires et être capable de s’arrêter dès que l’on ressent la satiété. Le deuxième volet est une thérapie pour réapprendre à réagir autrement qu’en mangeant, face aux situations problématiques de la vie et aux réactions émotionnelles.

> Que pourriez-vous conseiller aux personnes souffrant d'hyperphagie ?

Il faut d'abord voir s’il s’agit d’une hyperphagie qui nécessite un suivi psychologique. Commençons par rétablir une alimentation attentive : prenons le temps de déguster lentement et plaisamment ses aliments en prêtant attention à leur goût, afin d’être capable de s’arrêter dès qu’on se sent rassasié.
Pour manger ainsi, il faut bien sûr être au calme, être apaisé intérieurement. Si on constate que manger ainsi est impossible, soit parce qu’on culpabilise de manger les aliments dont on a envie, soit parce qu’on est débordé par ses émotions, alors il faut faire appel à une aide extérieure professionnelle.

Sources et notes
- Gérard Apfeldorfer, Maigrir c'est dans la tête, éd. Odile Jacob, 2009.

- Pour plus d'informations sur l'obésité et le surpoids, rendez-vous sur : www.gros.org.

Dr Gérard Apfeldorfer, psychiatre et psychothérapeute

Dr Gérard Apfeldorfer, psychiatre et psychothérapeute



publicité