publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Tentative de suicide : que faire après ? : Le témoignage de Sylvain

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (21. septembre 2011)

Sylvain, 42 ans, adhérent de France-Dépression. Il nous livre son témoignage après sa tentative de suicide...

En 2007, vous avez fait une tentative de suicide, que vous est-il arrivé ?

C’était suite à la prise d’un poste difficile dans l’administration. J’avais plus de responsabilités, ce n’était pas facile à gérer, tout cela associé à une certaine sensibilité et à une tendance à me remettre facilement en question.

Comment en êtes-vous arrivé à ce geste ?

C’est quelque chose de sous-jacent. On met des années avant de passer à l’acte. On y pense quand on est seul. Et puis un jour, on tombe dans une tourmente, une spirale qui s’accélère. Au début, on y pense une fois par semaine, puis deux fois par semaine, puis tous les jours. On se replie sur soi-même, et puis un jour on est seul, on est perdu dans un marasme, et on passe à l’acte.

Comment après avez-vous réussi à reprendre goût à la vie ?

Les premiers mois ont été difficiles. Puis, je suis resté en arrêt de travail chez moi, ce qui m’a permis de faire le point. J’ai fait des activités avec mes enfants. J’ai eu la chance d’être bien entouré, mais je m’en suis sorti aussi grâce à moi, grâce à ma volonté. J’ai repris confiance en moi et j’ai finalement décidé de retravailler au même poste.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui sont dans la même situation ?

L’important est de se réaliser personnellement, d’aller jusqu’au bout de quelque chose. J’ai fait des travaux dans mon appartement, par exemple, ça c’est important. Et puis, il faut parler de son ressenti avec les psychiatres, les associations, et les proches : ça fait du bien de parler de son mal-être. On se rend compte qu’on n’est pas seul. Moi, je participais à des groupes de parole, et aujourd’hui, je suis toujours bénévole pour l’association lors d’actions ponctuelles.

Quels conseils donneriez-vous à l'entourage ?

L’entourage doit s’informer, lire des livres, pour connaître les raisons de cet acte, pour comprendre le cyclone qui est en vous. Et puis, bien sûr, il faut donner beaucoup d’amour, de douceur et de compréhension. Partager un moment, déguster une simple pâtisserie peut déjà être un geste important. Reprendre du plaisir est indispensable pour sortir de cette tempête intérieure.

Quand avez-vous su que vous alliez mieux ?

J’ai su que j’étais guéri quand j’ai réussi des choses moi-même, quand j’ai eu envie de sourire, de rire et d’embêter ma femme et mes enfants. Bref, quand j’ai repris du plaisir à vivre.

Mais, c’est un vieux démon qui peut ressurgir, il faut donc continuer à être suivi régulièrement par son médecin. Aujourd’hui, je ne ressens plus le besoin d’aller aux groupes de parole, et je me sens bien. C’est une chose qu’il faut savoir apprécier.

>> Vous voulez réagir, apporter votre témoignage, rendez-vous sur notre FORUM !



publicité