publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Tentative de suicide : que faire après ? : Les recommandations d'une association

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (21. septembre 2011)

Entretien avec Stéphanie Wooley, Présidente de l'Association France-Dépression. Voici ses recommadations concernant les tentatives de suicide...

Qui recevez-vous dans votre association ?

Nous recevons à la fois les patients mais aussi l’entourage, la famille et les professionnels de santé. Tous viennent chercher une information, un soutien, une écoute ou veulent s’engager pour les autres. Certains se déplacent une seule fois, et d’autres deviennent bénévoles. Nous proposons aussi des activités comme des conférences, l’introduction à l’art thérapie ou l’automassage, l’ esthétique, le bien-être, ou encore des sorties au théâtre.

Quelles informations leur apportez-vous ?

Il faut que chacun ait connaissance de toutes les thérapies à disposition, pour pouvoir trouver la prise en charge appropriée. Chacun reste ainsi acteur de ses soins, et peut mieux contrôler la situation.

Comment les aidez-vous ?

Dans les groupes de parole, ces personnes partagent leurs expériences. C’est un bon moyen de prévention. Un jour, un jeune est venu sans rien dire pendant 2 ou 3 séances. La troisième fois, il nous a remerciés. Après avoir écouté les autres, il a pu parler pour la première fois à son psychiatre de ses idées suicidaires, il a alors eu un nouveau traitement et va beaucoup mieux depuis.

Mais, l’objectif est aussi de valoriser ces personnes et de les déculpabiliser vis-à-vis de leur famille en cas de tentative de suicide, par exemple. Il faut leur rappeler sans cesse que c’est une maladie.

Et leur entourage ?

On propose aussi à l’entourage des groupes de parole pour que toutes ces personnes puissent échanger sur leurs expériences, leurs stratégies. Souvent il y a aussi beaucoup de culpabilité chez l’entourage. Ils se demandent ce qu’ils ont fait ou pas fait.

Peut-on se remettre totalement d'une tentative de suicide ?

Malheureusement, il reste souvent des séquelles qu’il faut prendre en charge. Mais, on peut s'en sortir. Chaque cas est unique, certaines personnes disent même qu’elles se sentent beaucoup mieux qu’avant. Quelque chose s’est ouvert en elles.

Quels conseils peut-on donner à l'entourage ?

Il est important que l’entourage se soucie aussi de sa propre santé pour ne pas se laisser envahir par la souffrance de l’autre, et demander un soutien psychologique si nécessaire.

Pour plus de renseignements : Association France-Dépression.

Stéphanie Wooley, Présidente de l'Association France-Dépression




publicité