publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Vaincre ses phobies et ses troubles anxieux : L’anxiété généralisée

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. avril 2014)

On parle aussi de troubles anxieux généralisés (TAG). Ils se manifestent plus fréquemment chez les femmes et les jeunes adultes.

Dans ce cas, l’incertitude du lendemain, le non-contrôle face à l’avenir, est source d'anxiété permanente, et conduit les personnes atteintes à se faire « du soucis » tout le temps. Le lendemain est donc envisagé comme dangereux et source de catastrophe.

Cela peut entraîner de nombreux symptômes, comme une grande fatigue, des troubles du sommeil, des douleurs et même des états fébriles. Cette anxiété généralisée (autrefois appelée névrose d’angoisse) revêt deux grands aspects :

> L'attente anxieuse est le symptôme le plus fréquent et le plus durable dans le temps. Les signes les plus courants sont le sentiment d’insécurité, l’attente d’une menace imprécise, l’exagération du moindre souci, l’anxiété paroxystique le soir, ou encore la peur d’une mort imminente.

> L'attaque d'angoisse est, au contraire, plus rare, mais elle est aussi plus brutale et survient sans prévenir. Les symptômes sont les mêmes que ceux de la crise de panique, associés à des symptômes somatiques : augmentation de la tension artérielle, tachycardie, troubles cardio-vasculaires, accès de toux, troubles digestifs, troubles uro-génitaux, maux de tête ou troubles du sommeil...

Ces TAG peuvent être le signe d’une dépression ou peuvent entraîner une dépression. D'autant que ces troubles sont aussi difficiles à vivre pour l'entourage qui finit plus ou moins vite par perdre patience, et ne plus prendre au sérieux les craintes récurrentes de la personne.

Les solutions
La psychanalyse traditionnelle permet de comprendre l'origine des angoisses et leurs mécanismes, mais elle n’a jamais donné de preuves concrètes de son efficacité dans ce type de pathologie.

Les thérapies comportementales ou les antidépresseurs dans le cas de dépression associée, restent les meilleures réponses.

Les troubles anxieux post-traumatiques

Ces troubles-là sont plus faciles à identifier. C’est ce que les psychiatres appellent les PTSD (Post traumatic stress disorder).

Prenons un exemple : quelqu'un qui se ferait agresser par un homme portant un blouson noir, en viendrait à craindre toutes les personnes qui portent un blouson noir. La seule vue d’un blouson noir lui rappelle l’événement traumatique et provoque des crises anxieuses.

Les traitements des troubles anxieux
Il existe deux grands types de traitements possibles : les traitements médicamenteux et les thérapies comportementales.

> Les traitements médicamenteux
Dans l’urgence, on utilisera les anxiolytiques, de type benzodiazépine, mais ces traitements présentent plusieurs effets négatifs.
Ils agissent comme une sorte de béquille utile dans les périodes de crise, mais ils entraînent également une dépendance qui peut devenir à elle seule une nouvelle pathologie.

Cette stratégie n’est pas non plus efficace à long terme car elle masque la cause. Si elle permet d’affronter temporairement la situation jugée dangereuse, elle ne permet pas de réaliser que cette situation, justement, n’est pas dangereuse en réalité.

En traitement médicamenteux de fond, le médecin pourra aussi prescrire un antidépresseur. Ce médicament a la faculté de réguler l’humeur, sans toutefois entraîner de dépendance.

> Les thérapies comportementales
Le thérapeute explique à son patient les mécanismes psychiques qui le font souffrir. Il lui apprend à se relaxer, à faire face à l’événement effrayant. Et surtout, il lui apprend progressivement à affronter la situation source d’angoisse. Ce n’est qu’en se confrontant à la situation dans des conditions rassurantes que la personne pourra vérifier que cette situation est sans danger réel.



publicité