publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Vaincre ses phobies et ses troubles anxieux : Les crises d’angoisse

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. avril 2014)

Tous ceux qui ont déjà vécu une crise d’angoisse, savent à quel point elle est pénible.
Elle provoque un malaise généralisé avec un sentiment de mort imminente. La personne devient pâle, son rythme cardiaque s’accélère, jusqu’à la tachycardie, elle est agitée ou totalement prostrée, dans l’attente d’une catastrophe fatale.

Les symptômes ressentis peuvent associer une gêne respiratoire, des troubles digestifs, des nausées, des vomissements, des urines ou des selles abondantes.

La crise peut apparaître soudainement et prendre la personne par surprise, mais plus généralement, elle apparaît dans des situations connues. La personne anxieuse redoutera alors le lieu de la première crise et l’associera à la crise elle-même. A chaque fois qu’elle se retrouvera dans la même situation, la peur de la crise d’angoisse fera naître une nouvelle crise. C’est ce qu’on appelle la peur d’avoir peur.

Cette crise d’angoisse peut donc se traduire uniquement par des symptômes somatiques et c’est là qu’il faudra être vigilent pour ne pas passer à côté de la cause des troubles : l’angoisse.
Prenons un exemple : un jeune qui souffre de maux de ventre violents lorsqu’il se retrouve en salle de cours. Dans un premier temps, le médecin cherchera à établir un diagnostic en rapport avec ces douleurs abdominales. Il procédera à différents examens, cela peut donc prendre du temps avant que la cause anxieuse ne soit établie.
Dans ce cas, le trouble somatique va masquer la cause psychologique. Il va faire paravent. La personne aura tellement mal au ventre, ou tellement peur d’avoir mal au ventre dans la salle de cours, qu’elle aura tendance à fuir la salle de cours, plutôt que d’affronter la cause de son malaise.

Les solutions

Lorsque la crise d’angoisse a été identifiée comme telle, la réponse en urgence sera la prise d'anxiolytiques (de types benzodiazépines). Ces produits sont efficaces et calment la crise rapidement.

Toutefois, ils présentent l'inconvénient de ne pas régler le problème de fond et surtout de créer une dépendance et des phénomènes de rebond : à l’arrêt du traitement, les crises peuvent devenir plus fortes.

Un traitement de fond, c'est-à-dire en thérapie comportementale, consiste à apprendre à la personne à bien identifier ses crises, à bien les reconnaître et à savoir les parer, notamment avec des techniques respiratoires et de relaxation.



publicité